Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

photo_1299584385119-12-0_zoom.jpg

(AP) — Alors que de nouvelles frappes de la coalition internationale ont visé la Libye tôt dimanche, le régime de Moammar Kadhafi a affirmé que la première vague de bombardements avait fait 48 morts et 150 blessés, sans que l'on puisse confirmer cette information de source indépendante.

Depuis samedi après-midi, l'opération "Aube de l'odyssée" a vu des raids aériens franco-britanniques ainsi que plus de 110 missiles de croisière Tomahawk américains frapper plusieurs cibles, notamment des centres de défense antiaérienne sur le littoral. Les frappes de l'aviation ont essentiellement eu lieu dans la région de Benghazi (est), assiégée la veille par les forces de Kadhafi, tandis que les missiles ont visé des cibles militaires dans l'ouest.

Mohammed Ali, porte-parole du Front national du salut de la Libye (FNSL, opposition en exil), a affirmé que le QG de l'armée de l'Air sur la base de Mateiga, à l'est de Tripoli, ainsi que l'Académie de l'armée de l'Air dans les faubourgs de Misrata avaient été touchés.

Le colonel Kadhafi a réagi en promettant de défendre son pays contre "l'agression des Croisés" et averti que les attaques de la coalition internationale allaient entraîner de graves dangers en Méditerranée, qui va devenir un "champ de bataille". A Tripoli, des milliers de partisans de son régime se sont installés dans l'enceinte de la base militaire de Bab el-Azizia -où le raïs libyen vit- afin de jouer probablement le rôle de boucliers humains.

Dans un entretien téléphonique donné à la télévision d'Etat, Moammar Kadhafi a par ailleurs annoncé qu'il ouvrait les dépôts de munitions afin que le peuple s'arme pour se défendre. Pour lui, les bombardements de la coalition internationale ne sont pas justifiés, bien qu'autorisés par la résolution 1973 du conseil de sécurité de l'ONU. Il s'agit "tout simplement d'une croisade colonialiste qui risque de déclencher une guerre de croisade encore plus large".

La France a par ailleurs démenti samedi soir qu'un de ses avions ait été abattu par la DCA libyenne. "Tous nos appareils ont regagné leur base ce soir", a dit le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major, se refusant à dire si l'appareil avait été touché. AP

mw/v0