Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Suite à l’échec de la médiation des religieux, l’Union des Syndicats du Tchad (UST) vient de  déclencher une grève sèche c'est-à-dire sans service minimum de trois (3) jours à compter du lundi 05 novembre 2012. Ces syndicalistes réclament leurs droits naturels. Cependant, le gouvernement de Nadingar fait la sourde oreille et le peuple tchadien récolte les pots cassés et meure en vrac dans les hôpitaux et autres centres de santé. Toute la presse nationale  et internationale a montré la désolation des tchadiens mais le Premier Bouffon du Tchad, son Excellence Emmanuel Nadingar a voulu appliqué la politique de l’Autriche au journal télévisé d’hier de 20h en visitant quelques hôpitaux de la capitale. Comme le ridicule ne tue pas au Tchad, notre Premier Bouffon soutient que la grève n’est pas senti par les tchadiens et tous les hôpitaux fonctionnent normalement. Avant d’aller visiter ces quelques hôpitaux ciblés et vu la carence des médecins, infirmiers et sages femmes dans les hôpitaux, Nadingar a habillé des militaires stagiaires en blouses blanches afin qu’ils jouent aux médecins présents dans les hôpitaux, juste une façade de la télé Tchad. Tous ces militaires n’ont aucune notion médicale et ils sont payés de manière journalière par le Premier Menteur Nadingar à hauteur de 500.000 F CFA par militaire. Au lieu de payer les fonctionnaires, ces autorités apatrides font la politique de l’Autriche et gaspillent les ressources du pays. Au moment où les tchadiens meurent dans les hôpitaux, ces autorités irresponsables envoient leurs femmes et enfants à l’étranger à coût des millions FCFA. Le dictateur Deby, son Premier Bouffon Nadingar et tout son gouvernement sont désormais responsable du malheur des tchadiens. Ces autorités n’ont aucun sentiment, ni humanisme ou de patriotisme envers le peuple tchadien et le Tchad. De ce fait, nous interpellons l’opinion internationale et les ONG humanitaires de venir en aide au peuple tchadien laisser à leur triste sort.

 

La rédaction du GIIT