Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

Nous avons parlé dans un article tout récent intitulé «   dernière soirée avant le ramadan, Ndjamena bouge ». Evoquant entre autres des exagérations de la part de certains de nos frères et sœurs, les branché(é) s. Croyant a sa fin mais le feuilleton de bamboula continue son petit bout de chemin. Surtout en cette période de fête de fin de mois béni de Ramadan.


D’aucuns par leur amour à des débauches nous font croire sans honte que la fête se prolonge normalement jusqu’a l’infini.


En ce moment plus ou moins chaud, ou les séquelles de ramadan n’ont pas encore disparu, nous sommes confrontés à des difficultés terribles qui enfreignent les règles sociales.


 Hooo la belle vie de N’djamena, hooo Mon Dieu ne me fait pas mourir tout de suite… je serais  très fâchée et perdant. Se plaignait de la mort un jeune homme. très préoccupé par la belle vie. Il a préféré l’éternité.

Relisez sa phrase, arrêtez une minute pour l’analyser. Il la dit consciemment ou pas. Je n’en sais rien.

La ville de N’djamena était en ébullition en suivant le rythme infernal de la fête. Chacun était beau à sa façon bien sûr. Toutes les filles étaient charmantes. Certaines se sont rendues tôt au marché d’autres à la veille pour s’emparer de la dernière marque des habits.  Même si au jour de la fête, certaines ce sont ressemblées a des marionnettes ou encore moins a des objets de vente. Bon ce n’est pas grave on est a la mode. C’est normal.


Ok. La fête c’est la fête. On comprend mais faites la fête avec modération c’est plus meilleur que la fête même. Y en a qui ont complètement oublié cette notion de modération et finalement ils ont fini par dire si je savais j’allais…


Pourtant on peut déjà songer à fouetter d’autres chats et concocter une stratégie pour pouvoir récupérer les dépenses effectuées au moment de la fête. Les insoucieux pensent autrement. On doit continuer la fête jusqu'à dimanche pour clôturer la semaine. Se contentait un gentleman. Très excité.


Nous sommes au cœur de la ville de N’djamena.


Bonjour les dégâts.


Allongé dans l’obscurité sous un arbre. Vêtu d’un tee-shirt blanc et d’un jean. Le jeune homme de trentaine. On ignore son nom, qui cri a tue tète.

 Je ne veux plus vivre, j’ai envie de mourir disait-il. Très absorbé par l’alcool certainement. 

 Je jure sur la tête de ma mère que je dois mourir. Continue sa chanson en posant ses deux mains sur sa tête. Au début on le croyait au sérieux. C’était juste l’effet de l’alcool. Pitié.


Une autre fille plus jeune que lui. Tenait une bouteille d’alcool à moitie vide,  s’adressant aux passants.


  S’il vous plait,  qui peut me dire et me montrer une boisson plus pire que ce que j’ai entre les mains. Demandait-elle en ricanant. Si jamais quelqu’un me la trouve je lui donne une récompense.  Continua. Pitié.


A une trentaine de mettre de nous, d’autres gens ont entamé déjà la première phase de leur  sport favori en se donnant des coups de point secs pour s’emparer chacun de la plus coquette fille de la soirée.


Même les grandes personnes ne sont pas du reste. Un sexagénaire se faufilait parmi les jeunes pour se faire remarquer qu’il a beaucoup bu, et sait danser la musique.


 Vous êtes tous mes enfants ici. Commença le vieux. Mon premier fils à 45 ans et ma première fille a 42 ans, alors qui peut faire mieux la vie aujourd’hui que moi. Criait –il. Il tenait deux bouteilles de bière entre les mains. Pitié.

Légèrement à droite, se trouve  un autre sexagénaire dandinait terriblement très crasseux. Il est certainement ressorti d’un caniveau. Murmurait une fille.


Le plus étonnant dans ce film, c’est que les adolescents aussi ont pris part. Je me demandais si ceux gamins ont des parents ou non.


alors, n’entrainer pas les enfants avec vous dans des tels lieux a l’heure pareille.

 

Chers frères et sœur faites la vie avec modération et beaucoup de sagesse. Plus on grandi plus normalement on doit s’assagir.

 

La rédaction

Hissein dulkifl

Voir le blog de Hissein: http://hisseindulkifl.over-blog.com/