Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Ngaoundéré : des assaillants neutralisés par le BIR

La dépouille d’une des victimes, soupçonnée d’appartenir à l’armée tchadienne, a été remise hier au Consul du Tchad.



Olivier LAMISSA KAIKAI

La cérémonie de levée du corps du militaire Ahmet, présenté par les forces de défense, comme caporal de l’armée tchadienne, en détachement à Larmanaye au Sud du Tchad, s’est déroulée hier à la morgue de l’Hôpital régional de Ngaoundéré. C’est le conseiller aux Affaires juridiques et financières des services du gouverneur de l’Adamaoua, Saïdouna Ali, qui a présidé la remise officielle de cette dépouille au consul du Tchad au Cameroun avec résidence à Garoua, Hamid Oumar Nassour. En présence du commandant de la Légion de l’Adamaoua, Djou Esaïe, du directeur de l’Hôpital régional de Ngaoundéré, le Dr Vohod Deguimé. Le corps de ce militaire tchadien, abattu dans un affrontement sanglant entre les éléments du 4e Bataillon d’intervention rapide (BIR) et un groupuscule d’individus habillés aux couleurs de l’armée tchadienne, a été admis à la morgue de cet hôpital le 22 décembre 2009, au lendemain de sa découverte.

L’affrontement s’est déroulé le 21 décembre 2009 dans la localité de Gazawa, bourg situé dans l’arrondissement de Touboro (région du Nord). Selon le récit de Boukatou, une victime des coupeurs de route, actuellement internée à l’hôpital régional de Ngaoundéré, « mon épouse et moi étions en train de récolter les arachides. Dans notre voisinage, il y avait des paysans qui travaillaient également. Une dizaine d’hommes habillés en tenue militaire du Tchad ont fait irruption dans nos champs. Ils ont fouillé tous les paysans et nos effets et comme ils n’ont rien trouvé sur nous, ils ont tiré sur moi. Mon épouse a fui et les autres paysans se sont échappés aussi… » Le pauvre paysan a reçu deux balles à la cuisse et à la verge. Ce sont les tirs à l’arme qui ont alerté les éléments du BIR cantonnés non loin de la localité. La riposte est aussitôt engagée. Dans les échanges de coups de feu qui ont duré une quinzaine de minutes, le bilan fut particulièrement lourd du côté des coupeurs de route. Deux militaires sont tombés : un lieutenant identifié comme le commandant du détachement de l’armée tchadienne à Larmanaye et chef de gang de coupeurs de route et le caporal Ahmet. Selon des sources militaires, le corps du lieutenant abattu aurait été récupéré par ses éléments, une fois tombé. C’est le maire de Touboro qui a acheminé le corps du caporal abattu à la morgue de Ngaoundéré.

Mais le consul du Tchad au Cameroun à Garoua, Hamid Oumar Nassour a émis des réserves sur l’appartenance du caporal Ahmet à l’armée tchadienne, et refusé d’approuver l’appellation de coupeur de route contenue dans le procès-verbal de remise de la dépouille. Il a même indiqué qu’une enquête serait ouverte pour l’identification véritable du caporal abattu et que les résultats de l’enquête seraient disponibles dans dix jours.