Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Lors de la dernière assemblée générale des architectes tchadiens, ces derniers devaient aussi élire le bureau de leur Ordre naissant, mais deux ministres ont décidé de fausser le vote pour perpétuer un réseau de détournements de fonds publics et de trafic d’influence dans le secteur des travaux publics et infastructures.
Dix (10) minutes avant le vote du bureau, le Ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et de l’habitat Assane Gueadoum (en complicité avec celui des Infrastructures Gata Ngoulou) a signé un arrêté qui a mis hors-jeu une bonne partie des architectes soi disant parce qu’ils n’avaient pas beaucoup d’expérience. Cela, après avoir collecté leurs cotisations.
Alors que la bonne gouvernance peine à se mettre en place au Tchad (le dernier classement Mo Ibrahim le place 51ième sur 52 pays), ce sont des Ministres de la République qui rendent le travail plus difficile. Ayant pris goût au juteux secteur des travaux publics et infrastructures qui brasse des milliards, et où les commissions coulent à flot, les deux (2) cités, Assane Gueadoum et Gata Ngoulou, ont tout fait, en repoussant les limites de la légalité, pour faire élire un de leurs amis à la tête de l’Ordre naissant des architectes. Un ami qui au demeurant, a fait preuve d’immobilisme et d’inaction pendant de longues années à la tête de l’ancienne association des architectes tchadiens.  Donc un système qui ne sert que des intérêts personnels, un réseau qui se perpétue sans réel espoir, ni pour l’ordre, ni pour les architectes.
Le ministre de l’urbanisme, qui a bloqué plusieurs dossiers en cours pour attendre l’élection de son candidat et en tirer quelques commissions (selon des agents de son ministère), et le ministre des infrastructures qui n’a pas intérêt à ce que les choses changent, ont donc manipulé le pouvoir que leur donne leur fonction pour arriver à leurs fins. Ils veulent continuer tranquillement à saigner sans retenue les finances tchadiennes, ce qui entrave la construction du pays.
Alors qu’une jeunesse compétente et dynamique cherche à prendre la place qui lui revient, celle-ci s’est vue empêcher de participer à l’Assemblée Générale, et d’exercer son droit de vote, bien que son argent ait été empoché. Le trio mafieux a neutralisé un électorat de jeunes qui n’était pas acquis à sa cause, de façon à ce qu’il ne fasse pas vaciller l’organisation corrompue, en place depuis de longues années.
Rien ne justifie cette ségrégation à l’égard des jeunes architectes tchadiens, qui ont pour seul péché d’avoir appelé de leur vœux un Ordre des architectes digne de ce nom, alors que certains éléphants tiraient bien leur épingle du jeu avec le système affairiste et informel qui était en place jusqu’à là.
Après cette division entre jeunes et moins jeunes, expérimentés et pas expérimentés, et le retrait du droit de vote à la moitié des architectes tchadiens, quelle légitimité aura ce complice des ministres, pour parler au nom de tous les architectes ?
Il revient à ces derniers de nous montrer qu’ils en ont dans le ventre, et qu’ils n’ont pas dit leur dernier mot.   
 
Abakar Didier.