Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

onuweb.jpg22 décembre 2009 – Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime que la situation sur les plans sécuritaire et humanitaire empire dans l'est du Tchad, a déclaré mardi le porte-parole du Secrétaire général de l'ONU, Martin Nesirky.

 


OCHA a fait ce constat après la dernière attaque en date survenue dimanche contre un convoi de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT) qui a fait un blessé. Il s'agit d'un membre du Détachement intégré de sécurité (DIS) chargé d'assurer la protection des camps de réfugiés et de personnes déplacées, ainsi que celle des organisations humanitaires.

 


La MINURCAT a été attaquée par quatre hommes armés qui se sont emparé d'un des trois véhicules civils composant le convoi avant de prendre la fuite. Les éléments du DIS qui accompagnaient le convoi les ont poursuivis, réussissant à récupérer le véhicule. C'est lors d'un échange de tirs qu'un officier du DIS a été blessé.

 

Constituée d'éléments tchadiens provenant de la police et de la gendarmerie, le DIS est une force de protection spécialement formée par la MINURCAT.

 


Pour OCHA, cette embuscade montre que les agresseurs s'en prennent désormais aux convois humanitaires, même s'ils sont escortés, ce qui constitue une menace grave pour la distribution de l'assistance par les organisations non gouvernementales et les Nations Unies.

 


Plus d'un demi-million de personnes ont besoin d'une assistance dans l'est du Tchad.

 

Tous les convois de transport à l'exception des ambulances ont été suspendus sur les routes concernées dans l'est du pays.

 

Source: Centre d'Actualité de l'ONU