Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

En assassinant  froidement, sans crainte, simultanément et dans des circonstances différentes Floribert Chebeya ,le défenseur des droits de l’homme  d’une ONG « la voix des sans voix » de RDC le 03 juin 2010 et Mr Abdelmanane Ali Kharachi, le jeune capitaine de l’Armée de l’Air Tchadienne le 02 juin 2010, les assassins invisibles sous protection et ordre des plus hautes autorités espèrent faire taire définitivement les rares fils de l’Afrique qui osent encore parler, dénoncer au nom d’une grande majorité silencieuse. La voix des sans voix doit disparaitre.

Les deux événements sont certes indépendants mais les mobiles sont les mêmes. En RDC comme au Tchad, il s’agit de donner un signal fort à tous ces contestateurs. Ce sont des Etats où trois choix seulement sont offerts aux citoyens : s’aligner derrière les dirigeants, se taire ou choisir son élimination physique en apportant des analyses critiques.

S’agissant du jeune capitaine tchadien,  le blog de Makaila dit ceci : « Etant dans l’armée régulière, le capitaine Abdelmanane Ali est  connu de ses collègues, foncièrement opposé aux pratiques d’Idriss Deby de diriger le Tchad, car, il dénonçait  également  la politique oppressive et répressive menée par  les  oppresseurs du peuple tchadien.

Pour le congolais, aucun qualitatif ne suffit pour caractériser le courage et la détermination de cet homme. Selon le siet www.gaboneco.com :«Directeur exécutif de l'ONG historique «la Voix des sans-voix», il portait avec ses confrères de l'Azhado et de Lotus, la cause des droits humains : rien ne lui échappait de la liberté d'expression, des droits des prisonniers et du respect de la justice. C’était un travailleur sans relâche et un homme courageux» affirme un responsable d'une ONG internationale» a déclaré la présidente du FIDH, Souhayr Belhassen.
«A Kinshasa, on le présentait comme l'un des derniers des Mohicans de la société civile. Cette poignée d'hommes et de femmes qui envers et contre tout continuent avec obstination à traquer les violations des droits des citoyens» a-t-elle ajouté.

Dans l’un comme dans l’autre cas d’assassinat, le problème est celui de la contestation. Pourquoi aller à contre courant de la pensée du roi ?

Dans mon pays le Tchad, combien de personnes se sont retrouvées égorgées, calcinées du fait de leur opinion durant le seul règne de Deby.  La liste non exhaustive des victimes pourrait comprendre les noms come Joseph Behidi, Abass koti, Ibni mahamat Saleh, Nehemie, Gueti, etc. le corps des avocats, juristes a payé le plus lourd tribu. Les sœurs, les frères, les cousins des chefs de rébellion à l’est sont assassinée dans la plus grande impunité, sans remords. En février 2008, combien de jeunes des quartiers sudistes de Ndjamena ont été expressément bombardés par des hélico loyalistes et leur tort était simplement d’avoir exprimé leur joie à l’entrée des rebelles à N’djamena.

 La RDC obéit à la même logique. C’est un gangster où on tue en plein midi les contestateurs sans être inquiété, ni inquiet. Quoi de plus logique dans un pays où le chef de l’Etat Désiré Kabila assassiné devant ses proches sans qu’on ne retrouve ses assassins ou encore sa fille et sœur de l’actuel président appelé à se taire définitivement en rapport  à ses revendication de sa part d’héritage. En RDC aussi, les ONG, les avocats, les juristes sont les plus visés par cette mafia étatique.

M Kabila et M. Deby Itno, continuez à tuer tous ceux qui osent s’opposer idéologiquement à vous et à vos idées mais sachez que la réserve des portes paroles dans vos pays respectifs est inestimable et la voix des sans voix ne peut être JAMAIS sans voix.

Daniel hongramngaye

BP 69742, Ndjamena Tchad

hongramngaye@yahoo.fr