Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

untitled-copie-1.jpg

Par son refus de céder, le pouvoir pacifiquement à son rival Alassane Ouattara, victorieux contesté et incontestable de l’élection présidentielle, Laurent Gbagbo demeure entièrement responsable de la situation actuelle de guerre civile que connaît la Côte d’Ivoire qui sombre dans la désolation et le chaos. Les populations civiles paient des lourds frais de cette turpitude politique d'un homme cupide et avide du pouvoir.

 

Depuis 2002,  par des propos fallacieux, le camp Gbagbo a pris en otage  les Ivoiriens et avec eux, la communauté internationale.

 

Alassane Ouattara qui a subi toutes les formes d’humiliations de la part des partisans de Laurent Gbagbo, a enduré des épreuves éprouvantes qui ont avili son honneur et  sa dignité. Sa mère et ses proches ont été stigmatisés et brumés à tous les niveaux de la société ivoirienne, déconsidérés  et relégués aux  rangs des citoyens de secondes zones.

 

Cette accumulation de ressentiment au niveau individuel et collectif des partisans d’Alassane Ouattara, est fondamentalement à l’origine de leur enrôlement massif au sein de la rébellion de Bouaké, bastion des  forces  nouvelles, selon l’ancienne dénomination.

 

Aujourd’hui, l’histoire bégaie de nouveau, Alassane Ouattara qui a été privé de tous ses droits civiles et politiques, a gagné haut la main l’élection présidentielle supervisée par la communauté internationale qui a soif de la paix et de la stabilité de la Côte d’Ivoire.

 

Les affrontements en cours à Abidjan, résultent donc de l’intransigeance et du manque de compromis politique du camp Gbagbo qui confisque le pouvoir en dépit de moult  appels lancés à son endroit par de nombreuses et illustres personnalités politiques de la planète.

 

Toutes les voies de recours et d’issue politique, ont été hermétiquement fermées par Laurent Gbagbo, dont la logique reste de défier l’opinion  africaine et internationale au péril de sa vie sans se préoccuper du sort de son peuple qui aspire à la démocratie.

 

De Dakar à Ndjaména,  dans les coins et recoins de l’Afrique,  les observateurs les plus éclairés du dossier ivoirien,  invitent  Laurent Gbagbo à renoncer à l’option militaire pour remettre sans délai le pouvoir à Alassane Ouattara, et ce, afin de mettre terme aux souffrances  qu’endurent depuis quelques jours des populations ivoiriennes terrées chez elles du fait des affrontements meurtriers entre les belligérants ou bien  qui errent à pied  dans les brousses sans eaux ni nourritures.

 

 

La rédaction du blog de makaila

 

 

  1.