Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

gadaye2-1-.jpg

Dr Ali Gadaye, ancien ministre tchadien et

opposant au régime tchadien

 

République du Tchad

Front pour le Salut de la République(FSR).

Dignité- Justice- Développement.

 

Communiqué N°0011/FSR/BE/2013.

L’incohérence.

Les frères de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CDEAO) en général et les Maliens en particulier sont appelés à prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter toute surprise. En effet, ils doivent se rappeler que l’intervention du Tchad au nord Mali a été certes envisagée par beaucoup des Chefs d’Etat de la région qui l’ont explicitement évoquée mais sa concrétisation sur le terrain fut une surprise ; surtout la précipitation avec laquelle Deby a engagé ses troupes sur le terrain avant même que la sous région concernée au premier chef n’avait achevé les modalités pratiques dudit déploiement des troupes.

La raison de cette précipitation est connue. La préoccupation de Deby n’était pas d’empêcher la partition du Mali ou le déferlement des djihadistes sur Bamako. Loin de là. Le but recherché par cette opération de charme était plutôt de plaire à la France des socialistes qui affichait un dédain vis-à-vis d’un régime qui n’accorde aucun souci pour le respect des droits humains.

Aujourd’hui Deby décide de retirer ses troupes du nord Mali. Les raisons de cette décision s’expliquent une fois de plus par une saute d’humeur.

La raison principale est que Deby supporte mal d’être contrarié par La France qui attribue la mort d’Abou Mockhtar à son crédit et non à Deby comme il l’aurait souhaité. De surcroit  celle-ci n’a pas daigné faire assez de louange à son engagement à ses cotés qui fut selon lui déterminant pour défaire les djihadistes.

La deuxième raison est pécuniaire. En effet, Deby s’avoue convaincu que la cagnotte attendue de cette aventure ne se profile pas à l’horizon avec certitude. Par ailleurs, la voix des parents des officiers et soldats disparus au cours des opérations au nord Mali se font de plus en plus véhémentes.

La troisième raison s’explique par le rapprochement du  Rassemblement des Forces du Changement(RFC) de Timan Erdimi et deux ailes de la rébellion du Darfour. A savoir le Mouvement pour la Justice et l’Egalité de feu Ibrahim Khalil et le Mouvement pour la Libération du Soudan(MLS) tendance Arko Manawi qui ont décidé d’épauler Timan pour une marche sur Ndjamena. Une fois ce rêve réalisé, ce dernier doit procéder au retour de l’ascenseur afin de permettre à ses alliés de marcher à leur tour sur Khartoum.

Comme vous l’auriez constaté ces raisons sont suffisamment convaincantes pour Deby pour procéder au retrait de ses troupes. Les objectifs fixés au départ pour motiver son intervention ne semblent pas à la portée de main, alors il faut changer de fusil d’épaule.

Telle est la manière dont le Tchad est dirigé. Est-il acceptable que les tchadiens ferment les yeux sur tels agissements et laissent faire ?

Le FSR dit non. Les aventures et les incohérences doivent cessées. Les filles et fils du Tchad ne sont pas des objets dont Deby dispose à sa guise. Tout comme d’ailleurs les moyens de ce pays. Il est hors de question que des tchadiennes et des tchadiens continuent à mourir de faim et de maladies endémiques alors que leur pays est cité parmi les pays producteurs et exportateurs du pétrole. Plus grave aucune  éducation adéquate n’est assurée à leurs enfants faute des ressources humaines qualifiées et des moyens matériels appropriés. Pire la plupart de ceux-ci sont exposés à la malnutrition et à la morbidité. Alors que le pays dispose des moyens pouvant les mettre à l’abri de toute menace de ce genre. Ces moyens sont soit détournés pour garnir des comptes bancaires appartenant au despote ou aux membres de sa famille soit utilisés pour financer des actions qui ne concernent ni de près ni de loin l’intérêt général.

Il est temps que les tchadiennes et tchadiens réagissent et refusent qu’ils soient considérés par Deby comme des moutons de panurge ou de bon à rien. Dites comme un seul homme non à l’aventure, non à l’incohérence, non à l’intolérance, non à l’impunité, non à l’intimidation, non à la violence et à la gabegie. Car l’avenir du Tchad dépend de vous et non de Deby et sa clique.

Peuple tchadien debout et à l’ouvrage. Comme hier tu as conquis ta terre et ton droit, lèves les yeux et fonces l’avenir est à toi. Ta liberté et ta dignité dépendent de ton courage.


                                                       Fait à Djimézé-Hamra le 4 Avril 2013


 Pour le Bureau Exécutif du Front pour Le salut de la République(FSR).

Docteur Ali Gaddaye Adoukhour.