Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Communiqué de presse

 

artoff88684

L’expulsion de l'évêque italien Michele Russo de Doba : un signal dangereux pour  les régulateurs sociaux au Tchad

La Coordination Internationale des Forces Vives Tchadiennes en Exil (Pôle d’Afrique) a été totalement  surprise, vendredi  dernier,  par la décision scandaleuse  du régime d’Idriss Deby et de son Ministre de l’Intérieur Ahmat Bachir d’expulser du territoire national l’évêque Michelo Russo, l’accusant de s’être  autorisé de critiquer  la gestion nébuleuse des revenus pétroliers du pays.

De l’avis de l’opinion générale aussi bien nationale qu’internationale,  l’opacité qui entoure la gestion de  la manne pétrolière du Tchad est imputable au régime d’Idriss Deby.  Ce qui  dénote l’exclusion massive appliquée à l’encontre d’une proportion importante des populations tchadiennes.

Exploité en 2003, le pétrole tchadien a servi à Idriss Deby de consolider, de protéger,  de pérenniser et surtout de confisquer  son  pouvoir  solitaire  aux dépends de la démocratie, de la bonne gouvernance économique, politique et du respect des droits de l’homme. Aussi, faut-il souligne que sont bénéficiaires de l’exploitation de ce pétrole que les  membres du clan.

Aujourd’hui, il suffit de visiter le Tchad pour s’apercevoir visiblement  de la disparité sociale criarde qui s’est emparée du pays et de la précarité des populations tchadiennes désemparées.

Cette situation insoutenable et inacceptable est à la base d’une série de contestations d’abord citoyennes :

1-      En 2011, l’Imam Nasradine Mohamed qui dirige les prières de vendredi à la mosquée de Bololo, un quartier populaire de Ndjaména, avait dénoncé lors d’une prêche la cherté de la vie et les difficultés que rencontrent les populations pour manger, boire et  se vêtir. Il a été arrêté puis incarcéré plusieurs jours avant d’être relaxé.

2-      En avril 2012, le même Imam Nasradine a été  kidnappé à Ndjaména par des individus enturbannés à bord d’une Toyoto appartenant aux gardes présidentielles de Deby. Il a  été détenu au secret durant des mois avant d’être relaxé sans être dédommagé.

3-      Au mois de juillet 2012, l’Union des Syndicats du Tchad (UST), a déclenché une grève générale pour revendiquer l’application effective d’un accord signé avec le Gouvernement sur la grille salariale et l’amélioration des conditions de travail des fonctionnaires. Résultats : les principaux leaders syndicaux et un journaliste  ont été injustement condamnés par une justice aux ordres qui les accuse d’avoir initié une pétition.

Face donc aux intimidations tous azimuts du pouvoir  contre  des citoyens tchadiens, Mgr Michel Russo qui vit au Tchad depuis trois décennies, connait les réalités de ce pays pour avoir été en contact permanent avec tous les segments de la société tchadienne, est obligé de rompre le silence pour :

-          dénoncer  cette vie pénible que traversent  les populations tchadiennes ;

-          interpeller les autorités tchadiennes devant leurs responsabilités individuelles et collectives.

Où est donc le mal ?

Le régime tchadien est frileux devant les critiques souvent fondées à son encontre et c’est pourquoi, il décidé d’expulser le paisible évêque  de Doha afin de continuer à perpétuer ses dérives autocratiques loin des regards et des projecteurs de l’opinion publique étrangère.

Il convient de souligner que les chefs traditionnels et coutumiers ainsi que les leaders religieux sont des régulateurs sociaux qui jouent un rôle stabilisateur très important dans une société qui se veut juste et égalitaire.

En décidant d’expulser,  de manière ingrate l’évêque de Doba,   un Homme épris de paix et de justice  qui a aimé le Tchad et y a vécu durant des années, le régime tchadien a envoyé en direction de l’opinion publique nationale et internationale un signal dangereux à tous ceux  qui osent s’ingérer pour aider  à la résolution pacifique de l’épineuse question tchadienne.

Au regard de ces constats alarmants, la Coordination Internationale des Forces Vives Tchadiennes en Exil (Pôle Afrique) :

ü  Condamne avec la plus grande fermeté l’expulsion illégale du Tchad  de l’évêque de Doha,

ü  Dénonce les dérives  autoritaires et autocratiques continuent  d’Idriss Deby qui s’enfonce radicalement dans une logique suicidaire,

ü  Lance un appel pressant  à toutes les voix religieuses sans distinction confessionnelle à manifester par la solidarité leur soutien à l’évêque de Doha,

ü  Demande aux institutions sous-régionales et internationales ainsi que aux représentations diplomatiques accréditées au Tchad à prendre la mesure de la gravité de la situation qui prévaut dans le pays pour trouver une issue heureuse à Idriss Deby qui ne peut plus proposer aux Tchadiens d’autres alternatives ou voies de solutions face aux nombreuses crises qui se démultiplient dans le pays.

 

 

 

Fait à Dakar, le 15 octobre 2012

 

Contact : 00 221 33 825 93 72

 

00 221 70 711 67 82