Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


ROME - L'évêque italien Michele Russo, expulsé par les autorités tchadiennes après un sermon critique sur la gestion des revenus pétroliers du Tchad, est arrivé dimanche à Rome, a indiqué à l'AFP un membre de sa congrégation religieuse.

Après 36 ans de travail dans ce pays pauvre d'Afrique, Mgr Russo est arrivé à Rome dimanche, a déclaré à l'AFP un membre de la congrégation de missionnaires Combobiani.

Auparavant, une source aéroportuaire à N'Djamena avait indiqué que l'évêque de Doba, dans le sud pétrolier du Tchad, avait quitté le pays samedi soir à destination de Rome via Paris.

Le secrétaire général de sa congrégation avait de son côté dit au quotidien italien Corriere della Sera que l'évêque était attendu dimanche en Italie.

N'djamena avait donné vendredi à Mgr Russo, depuis 23 ans évêque catholique de Doba, une semaine à compter du 14 octobre pour quitter le pays, pour s'être adonné à des activités incompatibles avec son statut.

Selon une source proche du dossier, le prélat âgé de 67 ans a prononcé le 30 septembre un sermon critiquant la gestion des revenus du pétrole tchadien, sermon diffusé sur une radio privée tchadienne.

Mgr Russo travaillait au Tchad depuis 36 ans. Son petit diocèse comprend une dizaine de paroisses et compte quelque 400.000 habitants, dont 20% environ sont catholiques.

Samedi, l'agence de presse missionnaire du Vatican Fides avait affirmé que les propos du prélat avaient été mal traduits par la radio locale et que le gouvernement tchadien était ouvert au dialogue pour trouver une issue positive à cette affaire.

Dans son sermon, Mgr Russo avait regretté la mauvaise distribution des revenus pétroliers en soulignant que les population locales ne profitaient pas assez de l'exploitation des hydrocarbures et vivaient dans l'indigence.

La conférence des évêques du Tchad a exprimé sa grande tristesse face à cette expulsion et souligné dans un communiqué qu'elle était sans précédent dans l'histoire de l'Eglise catholique au Tchad.

Un membre de la congrégation Combobiani, Giulio Albanese, a déclaré à la station Radio Vatican: Derrière tout cela il y a, d'après certains observateurs, les intérêts de politiciens locaux et de compagnies pétrolières qui se méfient de lui depuis quelque temps.

L'évêque critiquait le gouvernement du pays qui exploite du pétrole depuis 2003. Dans une déclaration à Fides en octobre, il avait estimé que la richesse naturelle de l'Afrique était mal gérée depuis des décennies en raison de la cupidité humaine.

Pour cette raison, la richesse est devenue une malédiction pour la population locale. La richesse naturelle de l'Afrique devrait être utilisée pour construire l'avenir des filles et des fils du continent, avait-il dit.

Après cinquante ans d'une exploitation incontrôlée, avec la complicité de gouvernements locaux et l'indifférence envers les populations africaines et leur avenir, je pense qu'il est temps de prendre conscience des ces fait, avait expliqué Mgr Russo à Fides.

Dans une interview publiée en 2009 par Negrizia, un site italien sur le développement, le prélat avait estimé que la société locale se désagrégeait depuis que le Tchad exploitait du pétrole. Il a accusé les grandes puissances de voler les richesses du pays et le gouvernement tchadien de vendre le pays.

Le Tchad produit aujourd'hui en moyenne 120.000 barils par jour, selon les estimations officielles. Ces revenus pétroliers ont permis au pays de moderniser son armée, de se doter d'un meilleur réseau routier et de construire de nombreux bâtiment publics, sans toutefois améliorer les conditions de vie de la population.

 

SOURCE: AFP