Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

bello3.JPG

L'édito: Sans masque

Cela fait 2 mois depuis que le site Le Miroir (www.lmiroir.com) est lancé. Deux raisons ont motivé cette initiative.

-Un, informer les internautes tchadiens et les amis du Tchad.


- Deux, le faire de manière indépendante, moins amateur et désintéressé.

Mais un problème s'est alors posé pour animer le site. Faut-il le faire sous pseudonyme? Ou alors sous mon vrai nom? J'ai alors opté momentanément  pour mon pseudo: Mahamat Sardaouna Sockoto tout en prenant soin d'informer quelques personnes dont je me sent proche pour multiples raisons. J'ai donc utilisé ce pseudo non pas par malice, ni par peur mais pour éviter de mettre mon employeur, un média qui a pion sur rue à Montréal, dans l'embarras. Depuis lors j'ai obtenu le feu vert de celui-ci. Je reprends donc ma vraie identité Bello Bakary Mana. Celle dont les internautes connaissent.

Aussi, je ne peux pas clore cette mise au point sans revenir sur mon passé lorsque j'animais le site Ialtchad. Je tiens à y revenir parce que
plusieurs personnes me posent encore ces deux questions. Premièrement, qu'est devenu le site Ialtchad? Certains avec parfois une réelle
déception.

D'autres avec une pointe d'ironie. Je me contentais de dire que je répondrais publiquement à cette question un jour. Ma réponse
aujourd'hui est la suivante: je ne sais pas ce qu'est devenu Ialtchad. Je n'ai plus de contact avec la rédaction.

Deuxièmement, pourquoi, Bello, tu ne fais plus partie du groupe? Cela va de soi; j'ai quitté Ialtchad. La raison? Mon employeur, un média de la place, ne voulait plus que je continue à écrire sur ce site. D'ailleurs, la rédaction de Ialtchad avait signalé mon départ sur une bande défilante. A cela s'ajoute des raisons personnelles. Sans plus.

Alors qui suis-je?

Je suis Bello Bakary Mana. Je suis journaliste de métier. Je suis diplômé en science politique et en journalisme de l’Université de Montréal (Canada). Depuis quelques années, j’exerce le passionnant métier de journaliste (presse écrite, radio et Internet). Je ne sais pas faire autre chose. En boutade, j’ai pour habitude de dire : le journalisme écrit est mon épouse adorée. La radio est ma maîtresse accaparante. Et Internet, ma concubine de l’instant. J’adore l’actualité et j’aime être témoin des événements. J’aime faire du reportage terrain, rencontrer les gens, les faire parler, dresser leurs portraits. J'aime les gens. Bref, j’aime tout par curiosité journalistique.

Pour définir le journalisme, Edwy Plenel, journaliste français et fondateur de Médiapart dit « le journalisme se fait avec ce qu'on apprend, pas avec ce qu'on sait. Le journalisme, c'est avoir le contact et garder la distance. C'est couper l'effet et conserver les faits. C'est informer les autres de ce qu'on veut garder secret alors que c'est d'intérêt public ». Je fais mienne cette définition.


Dans le contexte tchadien, le journaliste n'est ni un ami, ni un ennemi. C'est un altruiste de nature à la recherche de la vraie information pour le public.


Rien de plus. Rien de moins.

Bello Bakary Mana

 

Source: www.lmiroir.com