Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

AG.jpg

 

Les travaux de la 68ème Assemblée Générale des Nations Unies débuteront demain à New –York où la délégation tchadienne est arrivée.

Le Tchad envisage  d’être candidat en qualité de membre non permanent au Conseil de sécurité aux prochaines élections d’octobre 2013, une démarche qui heurte la compréhension de tous les segments de la vie politique tchadienne sans distinction.

Pour les Tchadiens, cette prétention est démesurée et inadéquate pour un pays où les droits humains les plus basiques sont systématiquement bafoués par le pouvoir en place.

Le régime tchadien ne sait pas compte qu’il pose un acte infâme et inadmissible au regard de son non respect aux valeurs universelles que l’ONU prône.

Pays signataire du traité de Rome, le Tchad a, maintes reprises,  autorisé le dirigeant Oumar Hassan El-Béchir sous le coup d’un mandat d’arrêt international d’atterrir sur son sol, alors que d’autres Etats lui ont déclaré persona non gratta chez eux.

Le Gouvernement s’inscrit à contre courant de la volonté des organisations internationales qui soutiennent et réclament  l’arrestation immédiate d’El-béchir.

L’intervention militaire du Tchad au Mali est un argument fallacieux  qui ne résiste pas pour justifier la candidature de cet Etat voyou au sein des institutions aussi respectueuses comme l’ONU.

S’il arriverait que la communauté internationale approuve la candidature du Tchad, cela réconforterait certaine opinion dans leur  thèse,  selon laquelle même à l’ONU,  la magouille et le « deal »  sont permis.

Dans son discours à Bamako, on a vu Idriss Deby arrogant, suffisant et méprisant qui donne rejette la responsabilité à la MINUSMA dans l’affaire des désertions des troupes tchadiennes au Mali, lesquelles, réclament leurs soldes du Tchad, mais, pas de l’ONU.


Comment donc devant cette  attitude du dirigeant tchadien, l’Assemblée Générale de l’ONU se permettra-t- elle de soutenir la candidature d’un Gouvernement qui déni les principes et fondements qui régissent l’ordre mondial ?

 

L’issue des travaux de l’AG de l’ONU, nous édifiera sur l’ambition incessante du régime de Ndjaména de siéger dans la cour des grands.


La rédaction du blog du makaila