Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ngarteri.JPG

 

Idriss Deby a chois la ville de Biltine pour célébrer le 22e anniversaire de son accession au pouvoir. La ferme volonté de rester au pouvoir à vie fait plus que jamais, son chemin dans la tête de notre président dictateur. "Ni or ni argent" appartiennent au passé.  D'année en année, Idriss Déby ne veut plus partager ce pouvoir qu'il a conquis par la force des armes. C'est un butin de guerre. Les libertés fondamentales sont réduites. Le président à vie ne veut trouver aucune solution à la grogne sociale. C'est la misère au Tchad. Les hôpitaux sont vides. Les médecins ont leur deux mains et leur stéthoscope pour faire des diagnostics. Les malades meurent faute de peu. Les riches vont se soigner à l'étranger, à commencer par Idrss Déby et son entourage. Les routes à peine bitumées, sont déjà dégradées. Pour aller à Moundou, on roule sur plusieurs kilomètres de pistes entre Kélo et Bongor. Les routes n'ont pas été sérieusement construites parce que tout l'argent destiné à ces travaux a été détourné. On a trompé le peuple avec quelques 2 centimètres de goudron. C'est dans ce contexte de misère sociale que Idriss Déby a fêté son accession au pouvoir avec faste à Biltine.

Seulement, la présence de Ngartéri Mathias (il ne faut plus l'appeler Monseigneur, car il ne le mérite pas), archevêque de N'Djaména, à Biltine aux côté de Déby ressemble à un cheveu dans la soupe. On pensait que ce désormais lugubre homme d'Eglise allait profiter de sa position pour raisonner Déby. L'archevêque est devenu fou peut-être. Ou alors, il a été corrompu par Déby. Dans beaucoup de pays dans le monde, les hommes d'Eglise ont joué un rôle d premier plan à la libération de leur peuple. A côté de nous au Cameroun, Mgr Christian Tumi, archevêque de Douala, se fait souvent entendre. Si Ngartéri ne veut plus se prononcer sur la gestion calamiteuse du pouvoir de Déby, il devrait au moins rester à l'écart. Il y a quelques mois, il a fait partie des dignitaires religieux chargés par Déby, de demander aux syndicats de reprendre tout simplement le travail. Aller prendre part aux festivités marquant la conquête du pouvoir par Déby est une insulte au peuple tchadien meurtri par deux décennies de dictature. A César, ce qui est à César. Non Ngartéri !Non !Surtout pas ça ! Combien de millions t'a-t-il remis pour que tu te rabaisses ainsi ? Sommes-nous en train d'assister au premier mariage gay au Tchad, entre Idriss Déby Itno et Mathias Ngartéri?  Il y a toutes les raisons d'y croire. Avec cette allégeance à Déby, le nombre de personnalités capables de défendre le peuple s'amenuise. Même le milieu religieux est infiltré et corrompu par Déby. Où allons nous ?
BELEMGOTO Macaoura