Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

police4

 

Communiqué N°007/CSCJT/CD/2012.

 

L’arbitraire bat son plein au Tchad.

Tenez-vous bien, Deby ordonne au Procureur de la République de procéder à l’interpellation immédiate des dirigeants syndicaux. Une première dans les annales de l’histoire. Les syndicalistes tchadiens qui, après avoir déposé un préavis de grève en bonne et du forme et surtout suite à la sourde oreille dont a fait preuve le Gouvernement, ont déclenché une grève pour pouvoir fléchir la position de ce dernier. Malheureusement, entendre la voix de la raison ne fait pas partie de la logique de Deby. C’est pourquoi, il a instruit son Gouvernement d’ignorer ceux qu’il appelle des petits crétins. Car, dit-il, ne perdez pas votre temps avec eux, ils finiront par céder. Comme d’habitude laissez –moi le temps, je verrai leurs leaders nuitamment et séparément puis cette grève va s’étioler. Le despote tchadien a oublié que cette fois-ci la coupe est pleine et que quiconque tentera de ramer à contre courant, sera emporté par les vagues. Les travailleurs tchadiens ont désormais pris leur destin en main. Leurs leaders n’ont d’autre choix que de ramer de le sens de ce qui a été décidé par l’assemblée générale.

Les gesticulations, les intimidations voire les interpellations n’auront aucun effet. Seule la voie de la sagesse peut conduire vers une solution acceptable par tous. Le Gouvernement ne peut continuer à jouer au déni. Il doit s’en rendre compte qu’il a pris un ferme engagement pour désamorcer la crise en 2011. IL s’agit  de revaloriser les salaires de tous les travailleurs au courant de l’année 2012. Et ce, conformément aux termes de l’accord convenu entre les deux parties. Pour quelle raison, Deby et son Gouvernement se rétractent-ils ? Soit que ces messieurs ne se prennent pas au sérieux, soit qu’ils affichent un mépris total vis-à-vis de tout tchadien. Dans les deux cas, ils ont doublement tord. On ne doit pas accepter d’occuper de poste de responsabilité au sommet de l’Etat si on ne peut pas disposer du sérieux requis d’une part. Tout comme on ne peut pas avoir un mépris pour un peuple dont-on se targue de parler en son nom devant le concert des nations et s’attendre à un respect de la part des autres à votre endroit, d’autre part.

De ce qui précède, le Collectif condamne avec la dernière énergie l’interpellation grossière, arbitraire et injuste des dirigeants syndicaux.

Exige leur libération immédiate et sans condition.

Met en garde Deby et son Gouvernement contre toute velléité d’intimidation et de répression.

Apporte son soutien sans faille aux travailleurs tchadiens, les encouragent à resserrer davantage leurs rangs et de ne pas faiblir. Car leur cause est juste et elle est déjà portée à la connaissance de la Communauté Internationale.

Lance un appel pathétique à la Communauté Internationale surtout au Bureau International de Travail(BIT), à La France et à l’Union Européenne de bien vouloir suivre attentivement l’évolution des événements au Tchad pour empêcher une imminente répression dont le régime de Deby s’active à perpétrer.

Fait à Oumou Assahwa le 11 Septembre2012.

Pour le Collectif du Soutien des Causes Justes au Tchad (CSCJT)

Le Président du Comité Directeur

Mohamad Ali Alidrissi Alhassani