Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Médias au Tchad- Reporters Sans Frontière (RSF) est préoccupé par le risque élévé qui pése sur les journaux tchadiens indépendants menacés de fermeture. L'Organisation a appellé la HAMA à renoncer à ces sanctions qui ne se justifient pas // La candidature à la présidentielle 2021 du Maréchal Idriss Deby contestée dans un mémorandum signé par plusieurs partis d'opposition au Tchad qui appellent ce dernier à renoncer à se présenter //

Archives

Géo-localisation

Publié par Mak

Je ne sais pas comment ça se définit, ni sa fin et pourquoi cet acharnement. Seulement, ça se reconnaît. C’est obscur et mystérieux.  Laokolé, Eric Topona et Makaila sont certes les victimes. Ces personnes sont persécutées juste à cause de leurs franchises et surtout de leurs sensibilités vis-à-vis d’une population martyrisée. Une population qui est  à majorité illettrée. Chose que ce régime utilise pour tonifier sa politique. Car, cette dernière  ne connaisse pas son devoir ni son droit. C’est qui fait qu’aujourd’hui, ce peuple ne réclame rien et n’entends pas grand-chose de ce régime.

A l’évidence de ce qui se passe et de comment ce régime procède à ces arrestations. On n’a pas besoin d’en lire des pages et des pages. Les faits sont là, au présent. Nous le vivons et le supportons. Plus rien ne peut se passer inaperçu. Seulement jusqu’à ou  ira et combien de temps faudra-t-il pour y remédier. Aujourd’hui, le silence d’un peuple martyr et de l’opinion internationale a un lourd passif à solder. Et ces personnes citées hauts, malgré leurs places au sein de la société nationale payent le prix.

 

En ce moment précis où nous rédigeons ce petit témoignage, Laokolé et Eric croupirent dans la prison d’un régime qui a tant mis en mal le fonctionnement de la liberté fondamentale de droit humain et aussi celle de la liberté de presse. Quant au confrère Makaila, malgré sa distance qui le sépare de cette barbarie, il continue à subir. Mais étant journaliste activiste, seul le droit et la raison qui  nous détournera de ce chemin. Ne dit-on pas que  « En une seule chose, ne le cèderai-je à personne : la recherche de la vérité, de laquelle néanmoins  je ne me fais pas garant. »…

Mahamat Saleh Daoud