Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

f4963348-cce5-11e0-a656-8438fd21a6f3.jpg 

Le peuple tchadien opprimé par Idriss Deby,  salue la chute en cour du  régime  libyen qui égraine ses dernières heures  de gloire et de déboires  dans la douleur après quatre décennies de pouvoir autocratique où les libertés et les droits de l’homme sont systématiquement bafoués,  le champ politique hermétiquement verrouillé par une pensée unique propre à Khadafi.

Pour les Tchadiens en général, le colonel Khadafi symbolise l’annexion, l’invasion et la déstabilisation  de leur pays sous différentes formes d’ingérence politique, militaire et diplomatique.

Parrain du régime actuel de Ndjaména, le colonel Khadafi a contribué à porter au pouvoir Idriss Deby au Tchad en 1990 puis à continuer de le  soutenir à bout de bras comme son guide spirituel et son maître à pensée.

 

Avec la bénédiction et surtout la complicité de Khadafi, Idriss Deby a réussi à mater et étouffer dans l’œuf tous les soulèvements et résistances populaires tchadiens  hostiles à son protégé.

 

Lors de ses différentes  visites au Tchad, Mouammar Khadafi se croyait  en territoire conquis , Idriss Deby personnellement en tant que Président tchadien,  était réduit souvent   au diapason de  chef de  protocole dans son propre pays.

Les rues de Ndjaména désertées par les forces de sécurité tchadiennes, restaient  envahies par le nombre pléthorique des  services de sécurité libyenne  de Khadafi . Le Tchad perd sa souveraineté  tout au long des séjours du guide libyen.

 

Aucun citoyen tchadien  anonyme ni autorité  ne peut broncher  ni protester contre l’attitude envahissante de Khadafi au Tchad.

 

Avec  l’insurrection populaire qui s’est emparée  de la Libye, les Tchadiens suivent avec un intérêt particulier l’évolution de la situation militaire dans ce pays.

 

Aujourd’hui, excepté Idriss Deby singulièrement,  tous les Tchadiens sont soulagés par la chute de Khadafi.

 

Il convient de noter qu’au niveau officiel, le Gouvernement tchadien a toujours pris fait et cause pour le régime de Khadafi. Idriss Deby était  intervenu par voie des médias interposés ou lors des sommets internationaux à l’étranger  pour soutenir Mouammar Khadafi et vilipender publiquement les insurgés libyens.

 

On a entendu  aussi les déclarations du président tchadien Idriss  Deby  qui pointait du doigt  Aqmi (Alqaida au Maghreb Islamique) de s’être emparé ou  se trouve en  possession d'un véritable arsenal pillé dans les dépôts de l'armée libyenne, notamment des missiles sol-air S7 de fabrication russe.

 

Ces déclarations d’Idriss Deby visaient ni plus ni moins, à décrédibiliser les forces rebelles auprès de la communauté occidentale afin qu’elle se méfie de ces dernières  au profit du maintien au pouvoir de Khadafi.

 

Or, c’est mal connaître  le camp occidental qui dispose tous les moyens de contrôle et de renseignements les plus efficaces et appropriés  sur   les  mouvements islamistes.

 

Le Conseil National de Transition (CNT) libyen  pardonnera-t-il  Idriss Deby pour sa prise de position en faveur du guide libyen ?

 

Avec de l’abnégation, de l’audace et plus de détermination, les insurgés libyens sont parvenus aujourd’hui,  à mettre en difficulté  de façon inattendue le régime de Khadafi, considéré comme  le mieux armé et équipe militairement  du continent africain.

Nanti par les ressources pétrolières de la Libye, Khadafi  a su corrompre massivement  certains dirigeants  africains qui ont profité de sa générosité pour s’enrichir  à leurs tours, lui faisant miroiter  leur hypocrite solidarité.

 

Contrairement aux discours et déclarations de principe, depuis  l’éclatement des événements qui opposent le guide de la Jamariya à son peuple, on a vu  plusieurs Chefs d’Etats du continent  qui étaient précédemment  ses amis et alliés , faire  un  revirement  spectaculaire, après avoir constaté  l’irrémédiable  fin de règne de son régime.

Les autorités tchadiennes n’ont pas su faire preuve de circonscription dans la gestion de  la crise libyenne. 

 

On peut donc  d’affirmer sans risque de se tromper que le régime tchadien éprouverait d’énormes difficultés pour   se racheter politiquement et diplomatiquement auprès du Conseil National de Transition (CNT) qui s’apprête à  prendre les affaires en Libye.

 

Que va-faire Idriss Deby face au CNT ?

 

Makaila Nguebla