Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

11149550774a61b381ccab4.jpgOn m'a bousculé, j'ai reçu des coups de poings sur les côtes. Ils (les kidnappeurs, NDLR) m'ont soumis à un interrogatoire musclé", a expliqué Innocent Ebodé, joint par téléphone depuis la ville camerounaise de Kousséri, frontalière du Tchad.


Dimanche, "au moment où je sortais de chez moi (à N'Djamena) avec un collègue, une voiture (...) s'est arrêtée brusquement devant nous et un monsieur en costume et lunettes noires" en est sorti "et m'a poussé" dans le véhicule où se trouvait un autre homme, a expliqué le journaliste.


"On est arrivé dans un endroit désert, une espèce de no man's land. Il y avait plusieurs carcasses de voitures. Quatre autres personnes habillées en costumes et lunettes noires sont sorties de nulle part derrière nous", a expliqué Innoncent Ebodé. "On m'a introduit dans une pièce sombre, sur la table il y avait des pistolets en évidence. (...) On m'a demandé qui est le propriétaire du journal, qui le finance, si le financement vient de l'extérieur", a-t-il précisé. "On m'a dicté un texte qui dit en substance que je ne dois plus mettre les pieds au Tchad, texte que j'ai signé sous la menace", a ajouté le journaliste camerounais.

Source: AFP