Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

35915web-1-.jpgCessez de nous mystifier!

Depuis quel temps, nous avions remarqué  avec stupéfaction  la nouvelle pratique instaurée dans le calendrier de la rébellion, qui pourrait se résumer succinctement par la délation, des propos démagogiques, interventions insensées et des communiqués plus au moins fallacieux signés par des membres de  la rébellion soit pour attaquer un des leurs ou pour se mettre en valeur.

 

Chaque jour, nous apprenons des choses difficilement acceptables sur les comportements de nos compatriotes ayant choisi l’option des armes pour combattre le régime de Ndjamena et faire valoir leur revendication plus ou moins légitimes.

 

Comment voudriez vous qu’on accorde du crédit à des individus qui postent des communiqués sans signer? Comment avoir confiance à des personnes qui avant même d’avoir atteint les seuils du pouvoir, se battent pour se défaire réciproquement?

 

Le peuple Tchadien, a beaucoup souffert des errements parfois erratiques et inopportuns de certains de ses fils qui placent leur intérêt personnel au dessus des intérêts collectifs de la nation. Il est complètement insensé qu’un mouvement se disant combattre pour le pays et qui arrive à connaitre l’heure et les minutes du début et de la fin des combats de Tissi, sans pour autant signer un communiqué par un responsable nommément identifié. La jeunesse Tchadienne éveillée et soucieuse de son devenir, ne veut plus tomber pieds et mains liés dans le piège des mystificateurs.

 

Nous ne nous en prenons pas seulement à l’article posté sur le blog de Makaila avec une photo montrant un véhicule calciné qu’aucune preuve n’étaye qu’il s’agisse d’un moyen roulant de l’armée nationale tchadienne, et qui aurait été détruit par les forces des FPRN. Ce même responsable dudit mouvement parle de la mort de plusieurs officiers supérieurs tués et de nombreux  blessés. Le bon sens voudrait que vous nous informiez en mettant à la connaissance de l’opinion les noms et substantiellement les grades de ces officiers supérieurs tués et/ou blessés. Sachez une chose,  le peuple Tchadien en a assez avalé de part et d’autre, de vos couleuvres indigestes. Proposer nous un projet de société, dites-nous ce que vous feriez si vous parveniez à prendre le pouvoir. Montrer nous les images des supposés nombreux officiers supérieurs qui seraient tués par le FPRN et n’omettez pas de nous citer leurs noms. Le peuple Tchadien en a ras le bol des propos lénifiants et démagogiques.

 

La rébellion a déjà franchi la limite de l’inadmissible par des incessantes activités loufoques où des responsables au mépris de la souffrance des jeunes qu’ils avaient embarqués dans leur aventure, détournent allègrement les sommes allouées par le parrain Soudanais pour continuez la manœuvre de déstabilisation du Tchad. Pendant que des jeunes souffrent sur le terrain et meurent, les loups garous dans leurs luxueuses villas de Khartoum ou Omdourman, continuent d’arrondir en milliers de dollars leur compte bancaire, s’assurant ainsi une retraite paisible et un avenir meilleur pour leur enfant.

 

Au moment où la jeunesse tchadienne se bat pour son avenir, une frange importante de nos compatriotes obnubilée par l’appât du gain facile, se sont jetés corps et âme dans une kyrielle d’aventures à relent mercantiliste qui saute à l’œil nu. En toute franchise, nous ne voyons pas la rébellion portée les espérances légitimes de la nation Tchadienne, elle nous a prouvé qu’elle regorge en son sein des gens sans perspectives d’avenir intéressants. Le seul avenir qu’ils proposent aux Tchadiens est leur volonté farouche d’alourdir leur compte en banque en espèces craquantes en milliers voire plusieurs millions de dollars.

 

 

Le FPRN aurait comptabilisé les nombres de chars et de véhicules engagés par Deby sur les champs de bataille. Le peuple Tchadien a droit de savoir, éclairer nos lanternes ! Citer nous les noms des nombreux officiers supérieurs que vos forces auraient tués. Ça ne serait que la transparence dans l’information.

 

Nous ne saurons finir, sans pour autant jeter un coup d’œil sur la saga entre Mohamed Kébir et Adouma Hassaballah. Quel dommage que la rébellion soit devenu un théâtral à ciel ouvert où les acteurs jouent mal ! Hier, monsieur Mohamed Kébir est vu comme le vrai représentant de l’UFCD en Europe. Bizarrement, on le diabolise aujourd’hui en disant qu’il est de l’ANS. Ce qui nous laisse dire que l’UFCD serait au parfum que leur représentant aurait des accointances avec l’ANS. Pourquoi a-t-il été laissé en poste jusqu'à l’éclatement de leur différend avec Monsieur Adouma Hassaballah ? Nous ne comprenions plus les militants de ce mouvement qui auraient attendu des années pour commencer à dire que Kébir est un agent de l’ANS. Le peuple Tchadien n’a pas envie d’écouter vos balivernes et vos querelles de clochers qui sont en réalité des gesticulations en perspective des prochaines négociations avec le médiateur national, prévue au mois de mai.

 

Le feuilleton Kebir-Adouma n’est pas le premier du genre au sein de la rébellion qui devrait plutôt soumettre un projet de société au peuple Tchadien que de se battre sur un terrain infertile des intérêts personnels et de la course au leadership. Les Tchadiens ne se nourrissent pas des histoires décousues qui pourraient même endormir des zombis. Au fil des différentes réactions des responsables, nous nous rendons compte que nous sommes dans ce cas d’espèce, dans un marché où les marchandes crient fort pour vendre leur marchandise. Si Kebir a désavoué son chef, ce qu’il a des raisons valables de le faire. Laissons-le apporter les preuves de ses allégations au lieu de s’en prendre à lui. En pareille circonstance, le colonel Adouma se devait aussi de répondre aux accusations de son représentant en Europe, son silence pourrait en dire long ou même minimiser les accusations portées par Kebir.

 

L’exploitation du pétrole avait grandement contribué à la déconfiture de la gouvernance au Tchad déjà boiteuse. Cette situation avait engendré des crises politiques et de velléités avec pour conséquences la naissance des mouvements de contestation armé. L’or noir a rendu les Hommes non voyant à la dignité et à leur honneur, chacun rouspète fort pour se faire entendre et gagner en contrepartie « sa part » du cadeau. Les querelles qui se font entre les différentes personnalités de la rébellion relèvent de la lutte de leadership et pour des intérêts pécuniaires. Arrêtez de nous mystifier, préparer vos valises pour embarquer après la rencontre avec le médiateur national qui aura lieu au mois de mai.

 

Abbas Kayangar