Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

BLOG-MAK-2011-0924.JPG

 

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Idriss Deby en 1990, les Tchadiens en général, traversent une situation sociopolitique extrêmement inquiétante au point d’être indescriptible.

A force d’en parler, on est même lassé. Mais, on se rend de plus en plus compte, que cette situation vécue quotidiennement par les Tchadiennes et les Tchadiens, à créer une sorte d’inaction générale des populations dépassées par la durée de vie du régime d’Idriss Deby.

Une oligarchie ethnico-régionaliste s’est emparée des secteurs clés et de toutes les ressources économiques du pays.

De l’armée aux autres postes à responsabilité juteux, tout est confisqué et géré par un clan à sa tête Idriss Deby.

A tous les niveaux de l’appareil de l’Etat tchadien aussi bien dans nos   agglomérations urbaines que rurales, on ne voit que des responsables militaires et administratifs placés et imposés au peuple par la volonté unique d’Idriss Deby.

Les Tchadiens de l’intérieur qui vivent ces  douloureuses réalités, doivent être les premiers à protester contre toutes formes d’humiliations à leur encontre. Mais, hélas ! On a l’impression que la classe politique tout comme les responsables des organisations de la société civile de ce pays, approuvent, cautionnent  et consentent par le silence,  ces dérives du pouvoir actuel.

On se souvient que même à l’époque où le Tchad est dirigé par des régimes dits  d’exceptions qui incarnaient le pouvoir absolu à savoir : Tombalbaye, Malloum, Goukouni et Habré, les gens ne se sont jamais tus pour dénoncer les pratiques injustes  de ces  dirigeants.

Alors, pourquoi subitement, avions-nous perdu ce courage face au régime actuel qui pourtant évolue dans un environnement pseudo-démocratique fertile à une révolution populaire ?

Sous ce régime d’Idriss Deby, le bilan en termes de pertes des vies humaines  reste effrayant et inqualifiable.

La gestion du pays est totalement opaque. La prévarication encouragée à tous les niveaux, s’est institutionnalisée dans la durée. Le Tchad d’aujourd’hui, est sans lendemain.

Le clientélisme, la transhumance, la débauche de nos hommes politiques, a pollué gravement la société tchadienne.

A l’heure actuelle, rares sont les Tchadiens qui conservent leur dignité et honneur devant l’argent devenu une religion pour des milliers de personnes qui accourent derrière la sinécure.

Nous sommes dans une république plus que bananière.


L’assassinat en 1996 du défunt Bichara Digui par des individus commandés depuis le palais de Deby, de plusieurs autres responsables politiques et militaires, la disparition d’Ibni Oumar Mahamat Saleh par la garde présidentielle en 2008, l’affaire Saleh Kebzabo et Gali Ngatta Ngotté, nous réconfortent dans nos analyses que le Tchad n’est pas un Etat de Droit.

Il est temps que cette inaction générale dont font preuve les Tchadiens, cède la place à la révolte pour décongestionner cette impasse inadmissible dans laquelle Idriss Deby a placé son peuple dans ce gouffre.


Oui ! Je dis bien,  il est temps de libérer le peuple tchadien !

 

Makaila Nguebla