Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

debytenu01.jpg
Par Senior Mbary
A l’occasion de la fête de Ramadan au Tchad et comme d’habitude le jour des grande fêtes religieuses ou autres, les gens se sont souhaités de bonnes choses mais le mot « PAIX » est revenu pratiquement dans toutes les bouches de ceux qu’on a interrogé, à la sortie de prière de la Grande Mosquée ou ailleurs. C’est donc dire combien les Tchadiens sont attachés à la paix qui, finalement, conditionne tout le reste sous ce ciel tchadien.
A la veille de la commémoration de la 53è anniversaire de l’indépendance de notre pays, le président de la République, dans un de ses rares conférences de presse, a beaucoup insisté aussi sur la paix et la stabilité comme gage pour le développement du pays.
Il est vrai que la majorité des Tchadiens appelle de tous ses vœux à une paix définitive, mais la question de fond est de savoir de quelle paix parle-t-on ?
L’ancien président ivoirien, le Sage Félix Houphouët Bogny disait que la paix n’est pas un vain mot, c’est un comportement. Pour illustrer cela, prenons deux exemples très simples.
Dans une famille, peut-on parler de paix si une mère de famille donne à manger à certains de ses enfants et laisser d’autres affamés ? Pourrait-on être vraiment en paix si, à l’occasion des grandes fêtes, un père famille achète des habits neufs à certains membres de sa famille et laisser d’autres avec leurs vieux habits ?
A mon humble avis,  lorsqu’on est une mère ou un bon père famille, il n’y aura pas de paix intérieure parce que la conscience sera troublée en permanence. La faim et la frustration peuvent conduire à l’éclatement de cette famille par la rébellion que ce comportement de la mère ou  du chef de famille a engendrée.
Suite à la conférence de presse du président Deby Itno du 10 aout 2013, une sœur, Réndodjo Em-A Moundona,  a publié, sur la toile de Mr Evariste Djeteke, un article intitulé « Et si on vendait le Tchad ». Analysant la vraie-fausse préoccupation de Deby Itno pour la jeunesse tchadienne, elle a conclu en disant que « Quand on a passé vingt ans à inculquer le vol, le détournement, l’impudicité, l’inégalité et l’injustice comme des valeurs morales ». Pour être complet, elle aurait dû ajouter l’impunité.
A ce que je sache, la paix dans un pays ne peut pas venir toute seule parce qu’elle a ses exigences. L’église catholique a créé partout dans les pays des Commissions appelées « Justice et Paix », ce qui implique que la première exigence de la paix, c’est la « Justice ».
Le Frolinat (Front de libération national du Tchad) et Deby surtout doivent remercier le premier président tchadien, Ngarta Tombalbaye, de leur avoir ouvert la porte du pouvoir en créant la situation d’injustice dès sa prise de pouvoir. En interdisant la création d’autres partis politiques en dehors de PPT-RDA (Pati progressiste tchadien- Rassemblement Démocratique africain), c’est-à-dire en interdisant les gens de s’exprimer tout court, il  a semé les germes de l’injustice. Plus tard, les militaires, sous prétexte de mater la rébellion, ont commis des exactions  sur la population civile. A mon avis et sans être historien, c’est la conjugaison  de ces deux facteurs majeurs qui auraient fini par emporter son régime et plongé le pays dans le chaos jusqu’à présent. Le moment venu, les vrais historiens  vont certainement nous éclairer davantage sur les causes directes et indirectes du drame tchadien.
Pour revenir à notre sujet du jour, Deby Itno, dans sa conférence de presse, a déclaré, entre autres, qu’il lui faut la paix et la stabilité pour qu’il réalise ses ambitions pour le Tchad, oubliant qu’avec les nouvelles technologies, tout se dit tout se sait en un temps record. Mais un pays comme le Tchad peut-il être en paix lorsque :
-        Depuis 23 ans, le régime de Deby et son clan conservent à eux seul le pouvoir politique, militaire, financière et économique au détriment de l’immense majorité de la population qui croupit dans la misère noire, tous les indicateurs socio-démographiques sont au rouge et le pays recule dans les classements mondiaux, alors que le pétrole génère au pays des ressources financières colossales depuis 10 ans?
-        Depuis 23 ans, Deby et son clan assassinent impunément, humilient quotidiennement leurs concitoyens sans le moindre espoir de faire aboutir une enquête ou de faire juger les criminels pourtant connus, parce tous les services publics d’ordre et la justice sont sous leur ordre ;
-        Depuis 23 ans, les élections présidentielles et législatives sont truquées au su et au vu de tout le monde pour maintenir un seul homme au pouvoir et de bloquer toute possibilité d’alternance par le tripatouillage sur la Constitution, comme si au Tchad il n’y a pas d’homme d’état capable de diriger le pays en dehors de lui ;
-        Depuis 1990, l’école tchadienne fait tout sauf éduquer et former les enfants. Elle  est devenue le centre de toutes les magouilles et de refuge de tous les cancres du pays, du primaire au supérieur. Pourquoi alors s’étonner de la baisse continue de niveau des élèves ?
-        Depuis 23 ans, les éleveurs se comportent en territoire conquis sur les champs des paisibles agriculteurs qui demandent à récolter d’abord le fruit de leur travail avant de laisser les champs pour le bétail. Mais lorsqu’un pays réagisse, sous l’effet de la colère pour destruction de son champ, c’est lui paie le prix fort, parfois contre sa vie ou en payant des amendes qui vont ruiner sa communauté tout entière dans un simulacre de procès ?
-         Depuis 20 ans, grâce aux fonds publics détournés, Deby et son clan brassent des milliards, se rivalisent dans l’acquisition de grosses cylindrées, dans l’organisation des cérémonies ostentatoires et dans la construction des villas somptueuses et des immeubles, à tour de bras qu’ils mettent en location, rendant ainsi propre l’argent des tchadiens détourné : c’est ce qu’on appelle le  blanchiment ;
-        Depuis plus de 20 ans, ce sont les autres tchadiens qui sont arrêtés, torturés et humiliés pour détournement de sommes infimes pendant que lui et son clan qui privatisent les services publics stratégiques, détournent les ressources pétrolières par le biais des infrastructures et prenant en otage toutes les régies financières du pays sans porter des gants, célébrant çà et là leur nième milliard,  ne sont nullement inquiétés ?  
-        Depuis plus de 20 ans, les vraies compétences sont ignorées au détriment des cancres qui sont propulsées et qui donnent des ordres dans le mépris et l’arrogance  parce qu’ils appartiennent au clan au pouvoir ?
Ce ne sont là que quelques éléments non exhaustifs montrant qu’il ne peut avoir de paix dont souhaite le président Deby Itno au Tchad. La situation actuelle qu’on peut qualifier de non guerre et de non de paix est ainsi maintenue par la stratégie de la terreur connue de ce régime et qui peut basculer à tout moment. Qui aurait cru que Kadhafi qui, quelques mois plutôt, traitait de rats ses concitoyens, allait fuir et se cacher dans un tunnel crasseux comme un rat ?
La réponse à la question fondamentale d’en haut n’est autre chose que la pure soumission de la population tchadienne pour que perpétue son pouvoir clanique avec ses cortèges de pillage, des assassinats, d’humiliation, d’arrogance, etc.
Que Deby Itno et son clan sachent que même un esclave, à un moment donné, se révolte contre son chef. Deby lui-même n’a-t-il pas dit dans conférence de presse qu’il s’était révolté contre son chef Hissein Habré pour sauver sa peau ?  Dans ces conditions, Mr le président, vous n’aurez jamais la paix et la stabilité demandées parce que les mêmes causes produisent les même effets. En cas de trouble, la population n’aura rien à perdre mais tout à gagner.