Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 Par Dr. Djimé Adoum, tchadnews.info

Nous avons déjà évoqué le besoin de relever le défi en 2009 lors de nos précédentes colonnes et avons intimé que c'est aux Tchadiens de faire preuve de bon sens.  Nous admettons à l'avance que la situation que vit le pays des Sao ne peut rester dans son état actuel.  Nous remarquons aussi qu'il se passe beaucoup de choses dans le paysage national, tant dans les buissons qu'à l'intérieur du pays.  Nous allons essayer d'inventorier quelques éléments que nous avons jugés importants et qui motivent le choix du titre de cet article.
  
Contexte: De prime abord, il nous faut signaler aux lecteurs que nous venons de faire un tour rapide à Ndjamena ou nous avons eu l'occasion de nous entretenir avec les gouvernants sur place, la société civile, le secteur privé, et le commun des mortels.  Nous avons remarqué une volonté manifeste de part et d'autre de vouloir faire mieux.  Les défis sont énormes mais ceux ou celles avec qui nous nous sommes entretenus conviennent tous que le changement est possible.  Ce changement, il faut le dire tout de suite, exclut le changement par les armes.  Ceux qui sont à Ndjamena ne veulent plus parler de la guerre et n'ont pas confiance à ceux qui brandissent les armes.  C'est aussi ce qui ressort des compte-rendus de ceux qui ont fait un tour d'horizon dans le fond du bled.  Les mauvaises langues doigtent nommément un tel ou tel et se posent bien des questions sur leur passé récent lorsque certains étaient dans les alcoves du pouvoir, si ce n'est aux commandes.  Le reste est connu de tout le monde!
 
Revenons maintenant au sujet de l'article.  Il est peut être temps de changer et d'avancer positivement pour remettre le pays sur les rails.  Nul besoin de se perdre dans la définition des rails.  Il convient cependant de rafraichir les courtes mémoires que le pays a déraillé depuis longtemps et c'est à cause de ce dérapage qu'il est classé parmi les plus guerriers, les plus corrompus où la mal gouvernance, le trafic d'influence et les biens mal acquis priment et pèsent très lourds sur la vie des citoyens ou qu'ils se trouvent.  Rentrons dans le vif du sujet.
 
Qu'est ce qui se passe dans les buissons?  Dans le maquis par exemple, les leaders de l'opposition politico-militaires n'ont pas aussi brillé et ont souffert des rivalités personnelles et des suspicions qui laissent a penser qu'une fois arrives au pouvoir, les mêmes causes produisant les mêmes effets, on assistera encore à une autre confiscation du pouvoir au profit d'une tribu.  Les multiples tentatives de renversement du Président Idriss Deby ITNO n'ont pas réussi à cause de cette mauvaise propension.  Au moment ou nous mettons sous presse, les échos qui nous parviennent de ceux qui gravitent autour des maquisards ne laissent présager rien de bon.  Beaucoup d'encre a coulé et continue à couler.  Tout a été déjà dit à ce sujet sur la blogosphère.  Pour rafraichir les courtes mémoires, nous retenons le tout dernier message du combattant Ahmat Yacoub ADAM qui aimerait que finissent les vieilles habitudes consistant aux ventes d'illusion qui n'ont fait que profiter de la division de l'opposition.  Il se plaint du fait que "l'unité devait s'affirmer depuis bien longtemps si chacun aurait gardé un brin d'amour pour la patrie"  En d'autres termes, il rejoint un tout petit peu ceux qui se disent fatigués de ce marchandage.  D'autres ont déjà parlé des PGAs versées et confisquées en grande partie par les "seigneurs de guerre" au détriment du pauvre combattant. Et comme il faut appeler un chat par son nom, la majorité silencieuse accuse les "Nordistes" d'avoir pris le pays en otage.  Par souci de transparence, nous faisons partie de ce groupe-là.  Et ce n'est un secret pour personne.

Qu'est ce qui se passe au niveau du gouvernement?  Qu'il s'agisse de la fin de la véritable kermesse du désordre ou bien qu'il s'agisse de « business as usual », il se passe quelque chose d'impressionnant.  Il faut l'admettre.  Il y a un ministère du Contrôle d'Etat et de la Moralisation.  Nous avons eu l'agréable plaisir de nous entretenir avec le Ministre et quelques membres de son staff.  L'enthousiasme avec lequel il mène son combat est une nouveauté.  Jusqu'à preuve du contraire, il semble jouir pleinement de l'appui du Président Deby.  Les effets de cette volonté ont commencé à se faire sentir.

 

Dans le gros paysage, des gros bonnets ont commencé à tomber, en l'occurrence l'ancien trésorier payeur général, et tout récemment l'ex premier Ministre et actuel Secrétaire General de la Présidence, le Dr Haroun Kabadi.  Selon des sources dignes de fois, d'autres gros bonnets seraient aussi dans le collimateur de la Moralisation et ne tarderaient pas à suivre le sort du Dr. Kababi.  D'aucuns se demandent s'il s'agit d'une série de mesures sélectives ou si tous les prédateurs des deniers publics passeront devant les tribunaux.  Le Dr. Kabadi est le premier à payer le prix parce qu'il ne jouit pas d'une immunité quelconque.  Par contre, d'autres gros bonnets de la place possédant un statut devraient attendre qu'une décision de lever d'immunité soit prise pour les voir suivre le chemin de la prison centrale de N'djamena.  A cet effet, il faudra prendre toutes les mesures qui s'imposent avant de les envoyer causé avec le Dr Kabadi.
 
Des choses se passent aussi dans le petit paysage.  A titre d'exemple, le gouvernement voulait venir en aide aux populations.  A cet effet, une quantité énorme de mil est mise sur le marché public à raison de 10.000 FCFA le sac.  Comme l'escroquerie et la corruption battent leur plein dans notre bled, certains se sont accaparé de grosses quantités, créant la pénurie, et ont ensuite commencé à les remettre sur le marché au double du prix, soit 22.000 FCFA le sac, annihilant de fait l'effet recherché par l'intervention de l'Etat.  Les agents de la Moralisation sont dans les trousses des malfaiteurs et ne tarderont pas à les écrouer dans les jours à venir.
 
En conclusion, et de tout ce qui précède, il est évident que les choses sont entrain de bouger, disons, dans le bon sens.  Il est peut-être tôt de célébrer cette nouvelle initiative mais comme nous avons toujours clamé haut et fort que le pays était dans les abimes, il est encourageant de voir que les gouvernants cherchent à sortir le pays du fonds des ténèbres.  

Nous signalons aussi que des efforts de paix ont été observés ces-jours ci.  Une délégation soudanaise de haut niveau s'est rendue à Ndjamena pour renouer le fil du dialogue.  C'est une très bonne chose.  Nous présumons que les autorités soudanaise et tchadienne sont sincères dans cette énième tentative et que partant, elles prennent en considération leurs rébellions respectives.  La présence et l'implication du Général Gration, envoyé spécial du Président Barack Obama pour le Darfour, d'une part et celle de l'Union Européenne d'autre part, sont à saluer.  Nous espérons que cette foi-ci, le changement est amorcé.  Tout changement doit être accompagné de certaines mesures.  Que ces mesures soient ancrées dans l'équité, la justice et la transparence.  Bien que pénible, il est peut-être temps que nous observons cette situation de plus près pour savoir si nous pouvons saisir cette opportunité pour saluer les évolutions en cours et les encourager.