Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ASSILECK-B.jpg

M.Mahamat Assileck Halata,membre
de l'opposition tchadienne, il dirige le site
en ligne letchadanthropus-tribune
.

« Il y’a toujours quelque chose de ridicule dans les émotions de ceux que l’on a cessé d’aimer »
Oscar Wilde.

         Depuis les derniers accords Tchad-Soudan, nous observons à la loupe la situation qui prévaut à l’Est du Tchad. Nous faisons dans la même lancée l’analyse sur les démarches ayant conduit la débyfolie à Khartoum.
        
          Il n’est un secret pour personne que le régime d’Idriss Débyfole est l’épicentre actif de la rébellion soudanaise du MJE. Paternel dans son organisation et la mobilisation des divers soutiens qui ont permis à ce mouvement de se hisser au rang qui fut le sien. Mais de l’avis de plusieurs experts, le MJE s’est beaucoup affaibli depuis son raid sur Khartoum, ce mouvement avait laissé plusieurs combattants morts, disparus, emprisonnés ou liquidés par le régime d’Omar Al-Béchir. Et aujourd’hui, s'établit un constat de dissensions au cœur même de cette organisation. En somme, quelque soit l’aide que peut octroyer le régime Débyfole, le potentiel n’est plus le même et les motivations de faire partir Omar Al-Béchir par les armes se sont amoindries. Donc le cheval sur lequel s’est adossé le régime du dictateur tchadien pour déstabiliser le Darfour et le Soudan n’est point de mise.

          Par contre, Idriss Débyfole sait mieux que quiconque le danger de l’opposition armée tchadienne, même divisée et quelque soit l’armada qu’il s’est procuré, elle gâche son sommeil. Le voyage audacieux de Khartoum s’inscrit dans ce sens. Si l’acte politique lui vient d’un conseil ô combien de fois singulier et inhabituel, nous sommes loin des déclarations de façade dites ça et là, à l’ombre des breuvages acides propre à l’homme.
 
       « Comme une colombe et avec un rameau d‘olivier, je suis venu le cœur ouvert, ouvrir une autre page aux relations entre le Tchad et le Soudan » dit-il sans ferme conviction Traduisez, je viens vous demander de tenir en laisse l’opposition armée tchadienne, de ne pas la laisser m’attaquer… Donc de franchir la frontière. En contre partie j’arrête mon aide au MJE et je ferais pression pour qu’il regagne la table des négociations.

        Jamais Idriss Débyfole n’a respecté l’autre, l’adversaire d’un moment, le bout qui l’emmerde et qui lui échappe. Ce point d’arrogance est visible sur ses collaborateurs, subordonnés et autres fonctionnaires de son état. Ce n’est pas la pactise du moment qui démontrera le contraire. L’euphorie du moment passera pour laisser la place aux vrais problèmes. Si dans sa démarche politique, l’ambition du régime Débyfole est de couper l’herbe aux pieds des leaders de l’opposition armée tchadienne par l’accord du 15 janvier dernier, si par l’essence même du dit accord il semble mettre dos à dos la même opposition armée et le soudan qui est leur terre d’asile, Il ne pourra point effacer par magie les revendications des nobles combattants et militants tant sur le plan de l’éthique, des principes, et des valeurs démocratiques.

- Allons pour la paix si elle est sincère, mais sur quelle base quand les facteurs béants des violations de droits de   l’homme restent d’actualité.

- Allons négocier notre chaire en nous asseyant sur l’espoir de tout un peuple qui veut voir l’injustice bannie, l’équité sociale rehaussée, l’égalité des chances établie et la démarche républicaine instaurée.
    
         La paix n’a pas de prix, elle ne s’arroge aucunement une once d’arrogance. Et elle ne peut se faire sur le seuil de l’hypocrisie. Idriss Débyfole veut des hommes à ses bottes, nul point tracer la voie de demain, et pour cela il ne faudrait point une science infuse pour en déterminer.

         La proposition faite à l’endroit des mouvements armées repose sur du toc. De l’asservissement de l’homme aux syllabes de la dignité, il existe un grand fossé. La paix légitime doit s’établir sur une volonté des actes concrets, des contacts, et de la sincérité minimale.
    
         En voulant affaiblir les mouvements armés, le régime débyfolie veut faire taire toutes les revendications majeures, tuer dans l’œuf toutes contestations démocratiques et faire croire aux éboueurs qui le clament du matin au soir, qu’il demeure un homme de paix. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas, mais un bougre trébuche toujours.
    
        Pyromane et pompier, tout le monde y compris ses alliés savent que même après les accords derniers avec le Soudan, Idriss Débyfole continue de nourrir le MJE et de l’y installer au Darfour. Une bonne partie du MJE est reversée dans l’armée nationale du Tchad, et tenue comme une espèce de réservistes pour les jours difficiles du régime. Les autres macoutes (Four, Massalit, Dajo, etc), ceux qui dans la tournure du verbe ne sont point Zakhawa sont poussés vers les montagnes du Djabal Marra, pour faire croire à l’application des accords, mais personne n’est dupe. L’imbécile est celui qui se croit malin par rapport aux autres conscients.
      
         Machiavélique oui, depuis que l’espèce débyfole ait appris l’esprit du prince, fourbe, manipulateur, désinvolte et criminel.

        Toute somme faite, un mouvement d’idées, des idéaux ne peuvent mourir sous les projecteurs des faits fictifs. Certes, la situation est très complexe dans la phase actuelle des choses pour l’opposition armée tchadienne, si le Soudan décide à son tour d’appliquer les mêmes accords, un torchon de deux pages, sachant avec pertinence la gabegie d’Idriss Débyfole. Mais, même le silence appliqué des leaders de l’opposition armée, n’alternera la détermination des nobles fils du Tchad à vouloir se détacher et se défaire d’une des dictatures la plus implacable que le Tchad connait.

       Jamais, personne n’irait s’agenouiller sous la fraise d’un ralliement. Et si c’est le cas demandé, fortuitement la lutte continuera sous d’autres aspects, multiforme dans sa dynamique, et acerbe dans sa lancée.

       Que ceux qui applaudissent dans les couloirs de l’imparfait, ferment leurs bouches béantes en baves, et observent la détermination des vrais fils de la nation tchadienne.

Assileck Halata Mahamat