Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Invité  de  Radio France Internationale (rfi) et par Christophe Boisbouvier, Idriss Deby, s’est emporté  sur plusieurs questions les plus gênantes entre autres ;  La paix entre le Tchad et le Soudan est-elle possible ? Saura-t-on un jour la vérité sur Ibni Oumar Mahamat Saleh, l'opposant tchadien kidnappé à son domicile le 2 février 2008 ? L’emploi du terme mercenariat, l’achat d’armes auprès du ministère français de la défense et bien d’autres.

 
On a suivi sur Rfi, un certain Idriss Deby très coléreux, offensif et hostile sur toutes les lignes sur des sujets les plus embarrassants qui révèlent à la phase du monde la nature de son régime.

Incommunicabilité totale entre Idriss Deby et Christophe Boisbouvier :

 
A propos du rapprochement avec Khartoum, il s’en remet  à la proposition du Guide Libyen qui a exhorté le Tchad et le Soudan de favoriser un dialogue direct entre eux.

 
C’est dans ce cadre qu’une délégation soudanaise est arrivée à Ndjaména et a fait un premier pas. Une délégation tchadienne se rendra également à Khartoum dans les prochains jours. Il était question à ce que les deux pays éloignent de leurs frontières communes, des rebelles hostiles aux deux régimes respectifs et les cantonner ailleurs."Les deux pays sont désormais dans une voie de dialogue direct".Dixit Idriss Deby!

 
L’emploi du terme mercenariat, a été le point de divergences entre le dirigeant tchadien et le journaliste français. Il a fallu au journaliste de  recadrer  et ramener le  chef de l'Etat tchadien dans le vif du sujet.

Comme il le  pense, (lui) , Idriss Deby souhaiterait exiger de tout le monde d’admette que les rebelles tchadiens sont des mercenaires, or de l’avis des observateurs étrangers et de l’opinion générale, ces groupes armés qui se battent à l’est du pays, sont Tchadiens, généralement issus du sérail voire du système politique en place.

 
Le dirigeant tchadien dont les positions restent immuables, n’envisage  pas du tout du moins pour l’instant,  l’ouverture d’un dialogue politique avec la rébellion  encore moins une table ronde à l’extérieur du Tchad. Il exige à ce que les rebelles retournent au bercail sans condition en déposant les armes.


Concernant le sort d’Ibni Oumar Mahamat Saleh, Idriss Deby, toujours emporté et irrité, par  cette question récurrente et sempiternelle, met en garde le journaliste français et affirme répondre pour la dernière fois à la question des journalistes sur cette affaire.

 
Au sujet de l’achat d’armes, Deby, visiblement très agacé par la publication du rapport du ministère français de la défense qui attribue au Tchad, d’être le  2eme client de la France parmi les  pays d’Afrique au sud du sahara, qui investit le plus d’argent dans l’armement au lieu de se consacrer au développement du pays. Il en veut ainsi au Ministère français de la défense d’avoir publié ces chiffres.


Très furieux, il répond sèchement au journaliste français avec un air plein d’arrogance, d’avoir acheté  d’armes avec un montant excédant les  8 milliards.

 
Il exige de la France plus d’autonomie et des libertés dans la gestion de son pays au lieu des regards croisés et critiques de ce pays.

 
De l’avis d’un observateur tchadien, cette interview rappelle, celle de la conférence de la Baule sur la question du pluralisme politique en Afrique où les dirigeants les plus récalcitrants ont vu perdre leurs pouvoirs au profit de leurs adversaires politiques.

Dans le cas d’espèce, Idriss Deby serait sûrement dans une logique de contestataire qui va lui coûter cher.

 
Il le dit au regard de cette interview, on peut comprendre qu’Idriss Deby s’est inscrit dans une voie d’émancipation et d’affranchissement de sa tutelle de la France, qui reste pourtant son dernier rempart et soutien au plan sous-régional et international.

 
Jusqu’où Idriss Deby ira avec un tel ton aussi  agressif et arrogant à l’encontre de ses propres concitoyens et ses partenaires étrangers ?

 
Makaila Nguebla