Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak


ibn-deb.JPG
Notre Idriss Deby Itno Président de son état ressemble à un enfant ayant commis des fautes et a peur de rentrer à la maison de peur d’être grondé ou frappé. Ainsi il tourne en rond et va chez les voisins qui sont dans la même situation que lui pour trouver du réconfort: qui se ressemblent, s’assemblent. Deby est entrain de faire la politique de l’autruche. Il sait pertinemment qu’il est partout honni, à la maison, d’abord par les siens qui estiment qu’ils se sont suffisamment enrichis et qu’ils n’ont plus besoin de lui, ensuite par les fonctionnaires tchadiens qui lui réclament une stricte application des accords que son gouvernement a dûment signés. C’est décidemment cette question qui le fera partir car le peuple a le dernier mot. Il va certes tuer car les Zakhawa ont la gâchette facile mais il ne pourra pas tuer tout le monde.

L’extérieur lui réclame également des comptes à rendre sur la mort d’Ibni Oumar Mahamat Saleh, l’opposant politique enlevé par ses forces en février 2008 et qui serait assassiné sur ordre de Déby. Il y a plein d’autres griefs : Septembre noir 1982 massacre des sudistes, le 13 octobre 1991 massacre des Hadjaraye et des Boulala, Nyinguillim 1993 massacre des Ouaddaiens, etc. Que Deby sache que c’est François Mitterrrand, un socialiste qui a fait partir Hissène Habré et maintenant c’est un François Hollande aussi un socialiste qui le fera sûr et certain partir, d’une manière ou d’une autre. Habré avait refusé d’appliquer la démocratie et Deby refuse de respecter la démocratie et son corollaire les Droits des tchadiens à leur patrimoine national : l’argent du pétrole.

Malheureusement dans cette situation floue on ne peut faire confiance à aucun homme politique tchadien soit-il de l’opposition démocratique ou politico-militaire. On connait leur parcours. Le matin ils sont des opposants et le soir ils se pressent tous au portail du Palais rose, le Palais présidentiel tchadien. Mais si pendant les périodes de troubles qu’émergent les grands hommes. Les Tchadiens sont dans l’attente de ce grand homme.
Ngon Kom