Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

presidentdeby1.jpgLa situation politique actuelle, au Tchad, ne peut qu’étonner ceux qui savent jusqu’à quel point le peuple tchadien a toujours eu le sens de la dignité civique. Il faudrait admettre le Tchad de Deby bien malade, ses classes dirigeantes, ses élites intellectuelles, bien profondément démoralisées ou corrompues, pour les croire susceptibles de se soumettre, sans réagir, à une dictature que Deby lui-même n’ose pas leur imposer par la violence. On accepte pas une dictature ; on la subit. Même si elle a été, comme au Tchad, imposée par l’immixtion française dans les affaires intérieures du Tchad, on ne la subit qu’après l’avoir combattue jusqu’au bout. Il serait ridicule d’affirmer que le peuple tchadien ne s’est pas défendu contre la dictature << franco-debyste >>. Par ses souffrances, ses misères, ses humiliations, son sang et ses larmes, il s’en est défendu, tout seul. Oui tout seul ! tout seul, le peuple tchadien se défend encore contre le dictateur Déby et ses complices de l’Elysée.


Les tchadiens sollicitent, depuis 14 ans  l’intervention de la communauté internationale pour amener le chef de l'Etat du Tchad à prendre conscience de ses irréflexions ainsi que de la situation extrêmement grave dans laquelle se trouve le Tchad. Mais les organisations internationales, comme l’Union européenne et l’Organisation des Nations unies, restent intraitables. Et les conditions de vie et droits des tchadiens se restreignent du jour au jour au lieu d’être améliorés.En empruntant les mots de mon compatriote Maoundoé Naïndouba, « que celui qui sait subir la dictature vienne la subir au Tchad » .

Que faire quand la communauté internationale demeure sourde à tout << SOS >> ? La France, les Etats-Unis, la Grande Bretagne se montrent nettement plus amis au dictateur IDRISS Deby que l’Italie ne le fut face à Hitler.

La confiance que les tchadiens ont eue en Deby pendant cette journée du 3 décembre 1990 grâce à son discours << …je ne vous ai apporté ni or, ni argent mais la liberté…>> a vite fait place à l’inquiétude et à la crainte. Le MPS a très vite perdu le contrôle du régime politique, ainsi que du pays ; et les vrais maîtres du pays ce sont les zaghawa et particulièrement la famille itno (famille à laquelle appartient le président Deby). Les meneurs du regime s'accaparent des principaux postes de l'Etat et les tchadiens assistent impuissants à une vie qui affiche les périls d’un << habreisme >> sans Habré, d’un << ngartaisme >> sans Ngarta, ou même d’une sorte d’hitlérisme sans Hitler, ainsi que la montée de la bureaucratie tchadienne, la classe la plus incohérente, la plus irresponsable, la plus incompétente et la plus improductive qui ait jamais existé au Tchad.

Depuis 1991, après avoir mûrement étudié la situation, les associations de la société civile tchadiennes et internationales, comme la ligue tchadienne des droits de l’homme, la fédération internationale des droits de l’homme, amnesty internationale, croix rouge française, etc. arrivèrent à la conclusion que le régime politique tchadien ferait preuve de peu de réalisme et de clairvoyance au moment où le gouvernement répondait aux requêtes pacifiques des partis politiques de l’opposition tchadienne par la force. Ces associations n’aboutirent pas de gaieté de cœur à une telle conclusion.

Le gouvernement tchadien se livre à des pratiques anti-democratiques et << anti-républicaines >>.

Nationaliste face aux français, l’Etat tchadien de Deby se découvre régionaliste face aux sudistes tchadiens, même si, par la force des choses, il reste unitaire.

Malgré de très nombreuses enquêtes effectuées au Tchad sous l’égide de la communauté internationale pour détecter le comportement de ce régime dictatorial tant dénoncé par le peuple tchadien, le chef de ce régime, IDRISS Deby, réussit toujours, par quel miracle on ne sait, à convaincre la communauté internationale à fermer les yeux sur ses pratiques. IDRISS Deby est rusé, il est très rusé.

Sa ruse est faite de patience, de volonté et de bon sens. Il est optimiste et têtu. Ses adversaires l’accusent d’ignorance et de manque d’intelligence : ils ont tort. On ne peut dire que ce soit un homme cultivé, un tchadien patriote. Deby est un barbare, au sens étymologique du mot, c’est à dire un ennemi de la liberté, de la culture, de la morale tchadienne, de la psychologie humaine. La grandeur d'un homme, dit-on, se mesure à travers le respect des engagements qu'il fait et les actes qu'il pose.

Au Tchad, M. Deby n'a jamais respecté les engagements qu'il a faits à la nation tchadienne, il a toujours posé des actes qui deshonorent le Tchad. Dès lors , Comment ne pas comprendre que tout patriote tchadien se révolte contre ce président ?


OLEH Gnonkreo