Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

Selon le  communiqué de presse publié sur le site Internet  de la présidente tchadienne, confirmé par un autre de l’Elysée, Idriss Deby  est  à Paris et  va être reçu ce soir par Nicolas Sarkozy, chef de fil, désormais de la nébuleuse et  redoutable Françafrique, véritable adversaire des peuples africains meurtris.


Cette visite à Paris d’Idriss Deby ne fait l’ombre d’aucun doute, lorsque nous sommes convaincus des rapports controversés qu’entretient la France avec un régime dont le règne  ne symbolise que la terreur, la répression, la désolation et l’amertume à l’encontre de son propre peuple.


Devant un tel constat de faits, la France qui est considérée par tous, comme étant le principal allié pour le maintien au pouvoir d’Idriss Deby, ne peut être exemptée des accusations des voies dissidentes au Tchad et à l’étranger.


Ainsi ,  nous nous rappelons qu’une coalition d’Ong  françaises, ont épinglé Paris dans leur dernier  rapport de ravitailler en armes et militariser un pouvoir, peu respectueux des droits de l’homme en l’occurrence celui d’Idriss Deby au Tchad.


Fort de ces observations individuelles et collectives, on est tenté d’admettre que la France officielle, n’est toujours pas enclin à amorcer une véritable rupture dans le cadre des relations franco-africaines, telle que prônée par Nicolas Sarkozy, lors de ses différentes interventions sur la politique étrangère  de son pays à propos du continent noir.


Aujourd’hui, le seul tort d’El-béchir, de Mugabé, et maintenant de Dadis Camara, réside par le fait qu’ils signent des contrats d’exploitations de leurs sous-sols avec la Chine.


Le seul avantage d’Idriss Deby d’être au pouvoir au Tchad, est son allégeance effrénée à la France, en garantissant ses intérêts économiques.


Au regard de ces faits marquants, la lutte pour le changement politique au Tchad,à l'aide des moyens légaux ou autres,  reste l'ultime défi pour tout le peuple face à  ce régime aux abois incarné par un homme et son clan.



Makaila Nguebla