Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Indice de développement humain 2011 : Norvège au top, la RD Congo dernière

le 03-11-2011 17:25 | émis par : ONU Organisation des Nations Unies

catégorie : Organisations Internationales

thème : Organisations internationales

zone : NEW YORK

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a publié mercredi les résultats de l'indice de développement humain (IDH) pour 2011. Le classement 2011 couvre 187 pays et territoires, contre 169 en 2010. La Norvège, l'Australie, et les Pays-Bas arrivent en tête, alors que la République démocratique du Congo, le Niger et le Burundi sont les mauvais élèves de cette hiérarchisation annuelle.

Les États-Unis, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l'Irlande, le Liechtenstein, l'Allemagne et la Suède complètent les 10 premières places du classement 2011. Cependant, si l'on ajuste l'indice aux inégalités internes dans les domaines de la santé, de l'éducation et des revenus, certaines des nations les plus riches ne sont plus dans les 20 premières positions du classement selon l'IDH : les États-Unis passent de la 4e à la 23e place, la République de Corée de la 15e à la 32e place, et Israël de la 17e à la 25e place.


La chute des États-Unis et d'Israël dans le classement à l'IDH ajusté aux inégalités (IDHI) est principalement due aux disparités de revenus. En République de Corée, ce sont les différences intergénérationnelles en termes d'accès à l'éducation qui nuisent à la performance du pays.


À l'inverse, d'autres pays ont gagné des places dans le classement à l'IDHI grâce à un accès relativement plus égalitaire à la santé, à l'éducation et aux revenus. Ainsi, la Suède est passée de la 10e à la 5e place, le Danemark de la 16e à la 12e place et la Slovénie de la 21e à la 14e place.


« L'indice de développement humain ajusté aux inégalités nous aide à mieux évaluer les niveaux de développement pour tous les segments de la société, et non uniquement pour la personne "moyenne", traditionnellement utilisée comme référence », explique Milorad Kovacevic, responsable de l'équipe des statistiques du Rapport sur le développement humain. « Dans l'équation utilisée, la distribution de la santé et de l'éducation est aussi importante que celle du revenu, et les données obtenues reflètent d'importantes inégalités dans de nombreux pays. »


Le Rapport 2011, intitulé « Durabilité et équité : Un meilleur avenir pour tous », indique que la distribution des revenus s'est aggravée dans la plupart des pays du monde. L'Amérique latine présente toujours les inégalités les plus saillantes en termes de revenus, bien que l'on constate une réduction de ces disparités au sein de plusieurs pays, comme le Brésil et le Chili. Pourtant, le Rapport montre qu'en termes d'IDHI, qui prend en compte l'espérance de vie et le niveau de scolarisation, l'Amérique latine est plus équitable que l'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud.


Les pays occupant les 10 dernières places du classement IDH 2011 se trouvent tous en Afrique subsaharienne. Il s'agit de la Guinée, de la République centrafricaine, de la Sierra Leone, du Burkina Faso, du Libéria, du Tchad, du Mozambique, du Burundi, du Niger et de la République démocratique du Congo.



Malgré des progrès récents, ces pays à IDH faible sont encore pénalisés par des revenus inadaptés, des possibilités de scolarisation limitées et une espérance de vie bien inférieure aux moyennes mondiales, qui s'explique en grande partie par des décès dus à des maladies évitables ou guérissables comme le paludisme et le sida. De plus, nombre de ces nations voient leur situation aggravée par les conséquences destructrices des conflits armés.


L'indice d'inégalité de genre (IIG), qui a également été publié mardi par le PNUD, montre que la Suède est en tête dans le domaine de l'égalité des sexes. Cette mesure composite prend en compte l'accès aux soins de santé reproductive, le nombre d'années de scolarisation, la représentation parlementaire et la participation des femmes au marché du travail. Arrivent ensuite les Pays-Bas, le Danemark, la Suisse, la Finlande, la Norvège, l'Allemagne, Singapour, l'Islande et la France.


Le Yémen affiche le niveau d'équité le plus faible sur les 146 pays pour lesquels l'IIG a été mesuré. Il est précédé du Tchad, du Niger, du Mali, de la République démocratique du Congo, de l'Afghanistan, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, du Libéria, de la République centrafricaine et de la Sierra Leone. Au Yémen, seules 7,6% des femmes suivent des études secondaires, contre 24,4% des hommes. Les femmes n'occupent que 0,7% des sièges au Parlement, et seules 20% des femmes en âge de travailler exercent un travail rémunéré, contre 74% des hommes.

© News Press 2011