Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info: Médiation dans la crise libyenne -la France tente sa partition pour trouver une issue politque. Elle accueille une rencontre entre Fayez al-Sarraj, président du conseil libyen et Khalifa Haftar, commandant de l'armée libyenne//Emeutes à Moundou pour empêcher le transfert du Maire, Laokein Médard// Moundou- l'avocat de l'ancien Maire, harcélé et activement recherché //Affaire Laokein Médard- plusieurs partis politiques appellent dans un communiqué de presse à sa libération // L'interview de l'opposant tchadien, Saleh Kebzabo sur TV5 afrique reportée à lundi //

Géo-localisation

Publié par Mak

Je voulais simplement répéter une chanson très populaire au Sud du Tchad au début des années 80. J’avais  moins de 10 ans mais cette période est restée ancrée dans ma mémoire comme si elle est datée de quelques semaines seulement. Cette chanson faisait danser tout le monde dans le village et surtout lors des cérémonies de loisir à la clarté de la lune la nuit. Je me souvenais que pour celui d’entre les adolescents qui chantait bien cette chanson et savait le danser correctement, il finissait par gagner la plus belle jeune fille du groupe de son choix. Ce n‘était pas agression sexuelle, ni tentative de viol, encore moins séquestration.

La chanson disait en Mbaye « Yan Alla ra, aya ya ya ; .. Yan Allara, Malou ain Deng deng  aw Nigeria, Kamoungue a ra wa, Kamoungue i ndiguem ki mbol yon alé”.

En français, on peut approximativement traduire comme suit « ce que Dieu fait aya ya ya, ce que Dieu Fait, Malloum a pris la tengente deng deng pour se refuger au Nigeria. Où est Kamoungue, Kamoungué est un homme qui ne craint pas sa mort ».

A la prochaine fois, je transmettrai à Makaila une vidéo amateur de cette danse qui fera rêver beaucoup de lecteurs.

 

Daniel Hongramngaye"

 <hongramngaye@yahoo.fr>