Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

hamid-ardja.jpg Défunt Hamid Ardja à droite dans l'image

Aujourd’hui 7 mai 2010 est la date anniversaire du faux pas de l’Union des Forces de la Résistance à Am-Dam où nous avons beaucoup appris sur nous-mêmes et sur nos ennemis !

 

A travers cette note, j’aimerais rendre un vibrant hommage d’abord  à tous nos martyrs qui sont tombés sur le champs d’honneur, ensuite à Hamid Fadoul Brahim Ardjay qui était un cas particulier au sein des Forces de la Résistance.

 

Hamid a été fauché par les balles des forces du Mal le jeudi 7 mai 2009 à Am-Dam. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Hamid n’était autre que le neveu du Général Mht Saleh Brahim Ardjay et le fils de Fadoul Brahim Ardjay (un chef de Canton à la version  Deby).

 

Le défunt Hamid avait tout ce qu’un jeune tchadien de son âge aimerait avoir comme fortune : malgré son jeune âge, Hamid était marié à trois femmes issues des familles respectées. En plus Mht Saleh Brahim avait mis à sa disposition une Toyota Land-Cruiser Neuf et Dix Millions des Francs CFA en frais mensuels de fonctionnement pour s’occuper du demi millier des troupeaux des camelins de la Famille Brahim Ardjay. Mais Hamid a tout abandonné pour regagner les Forces de la Résistance car pour lui, la richesse n’était pas tout  dans la vie de l’homme. Il y a plus importants : l’honneur et la dignité !

 

Hamid était très gêné et se sentait humilié par le fait que sa famille est considérée par beaucoup des tchadiens comme une famille ALBELA (Valet) de Deby. Il n’en voulait à personne sauf à sa famille qui considère  Idriss Deby comme un demi-dieu éternel et immortel. En se révoltant, il voulait démontrer à sa famille que Idriss Deby n’est ni Saint ni Immortel. Il  est plutôt le symbole même du SATAN.

 

Au lieu de s’accrocher aveuglement au régime moribond de Deby qui symbolise tous les maux du monde (Assassinats, Corruption, Népotisme, Prostitution, Drogue, Alcoolisme, etc.), Hamid avait préféré se ranger du côté de la majorité des tchadiens qui luttent l’arme à la main pour un Tchad meilleur.

Pour Sauver l’honneur de sa famille et livrer aux tchadiens un Tchad épris de paix et de justice, Hamid a payé de sa vie à Am-Dam.

 

Fadoul Brahim Ardjay avait tord de refuser de célébrer les funérailles de son fils Hamid sous prétexte qu’un rebelle contre Idriss Deby ne mérite pas  de funérailles. Fadoul ignorait combien son fils était valeureux. Hamid était très respectueux, humble, courageux, travailleur, gentil, intelligent et très pieux dans la pratique de sa religion. Il était l’antipode de Idriss Deby.

Même avec une année de retard, Fadoul Brahim devrait revenir sur sa décision et célébrer les funérailles de son valeureux fils car une seule journée vécue avec Hamid valait mieux que 20 ans de soumissions aveugle au régime despotique de Idriss Deby.

 

Les deux personnes de la famille qui ont compris la valeur de Hamid Fadoul et qui ont respecté sa décision de rejoindre les Forces de la Résistance étaient sa mère SIRIDINE KOURASSOU et son cousin BOKHIT MHT SALEH BRAHIM. Nous leurs présentons ici une fois de plus nos condoléances les plus attristées.

 

A Titre Posthume, j’aimerais envoyer ce message à Hamid : « Bien Cher neveu, tu as été fauché par les balles des forces du MAL avant que tu ne puisse atteindre l’objectif que tu t’es fixé : libérer le Tchad de l’arbitraire et y instaurer une vraie Démocratie. Tes camarades d’armes de l’UFR poursuivent ta  mission et ils ne te décevront pas grâce à l’aide de Dieu. Nous t’avons enterré dans la Forêt d’Am-Dam et nous montrerons un jour ta tombe aux membres de ta famille qui connaissent ta vraie valeur et surtout à ta maman. Ton véhicule et Ton Arme SPG9 sont là. Nous les utiliserons pour te venger INCHA-ALLAH. Que ton âme repose en paix. A Dieu nous appartenons et à lui nous retournerons ».

 

Il  y a  beaucoup des jeunes tchadiens qui n’apprécient pas le régime sanguinaire de Deby mais ils se taisent parce que leurs parents les obligent à se soumettre sans réfléchir. Je leur dirais de briser le silence et se révolter pour l’intérêt suprême du Tchad à l’exemple du défunt Hamid. Il faut oser et agir comme lui car les parents qui ont vendu leur conscience contre des Petro-CFA empoisonnés ont tord de vous obliger à rester inactifs.

 

Aujourd’hui personne ne dira que c’est toute la famille Brahim Ardjay qui est soumis à Deby car Hamid a fait exception et cette exception a permis de sauver l’honneur de sa famille, au moins en partie. Cette famille contient d’autres Hamids qui vont se réveiller un jour car il n’est jamais trop tard.

 

Paix à tous nos Martyrs et vive le Tchad juste et démocratique débarrassé de la Dictature sanguinaire du clochard Idriss Deby.

 

 

ADOUM ERDI BETCHI

RESISTANT (UFR)

 

Contact: adoum_erdi@yahoo.de