Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

0.jpgdebyinternational.jpg

Après un entretien téléphonique, hier dans la soirée avec M.Hassane Fadoul Kitir, nous attirons l’attention du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), des organisations humanitaires et des droits de l’homme, de l’opinion publique internationale dans sa composante globale, qu’un réfugié politique tchadien, vit en résidence surveillée à Lomé, pris en otage par les autorités togolaises de connivence avec le régime militaire et autocrate du Tchad, dirigé par Idriss Deby.

En effet, cela fait bientôt huit (8)mois que M.Hassane Fadoul Kitir, témoin clé dans l’affaire des faux billets du Bahrein, dont  Idriss Deby est visé comme seul responsable de cette vaste malversation financière la plus scandaleuse, est détenu à Kara au Togo, après que les autorités françaises lui ont refusé d’accorder un visa afin qu’il y prenne part à un procès  défaillant dont il a été jugé.

 

Notre blog qui agit humainement et spontanément sur le cas de M.Kitir, découvre malheureusement que l’intéressé est victime d’une conspiration politico-judiciaire d’Idriss Deby et de ses amis, membres du redoutable réseau de la nébuleuse françafrique qui ensanglante le continent et en fait des dégâts immoraux.

 

Il convient de rappeler que depuis le sommet de l’OHADA, tenu à Ndjaména au Tchad et dont le dirigeant togolais Faure Gnassingbé y avait pris part, le sort de M.Fadoul Kitir, a été reconnu scellé. Car, en dépit d’une possession de statut de réfugié politique accordé par son pays hôte qu’est le Togo, rien ne lui garantie  pleinement ses droits.

 

Arrêté et détenu secrètement dans une localité inconnue, M.Hassane Fadoul Kitir, ne sait  toujours pas l’issue du complot de ce qui lui a été réservé.

 

Seule son épouse lui rend visite, il est privé de droit de quitter son lieu de résidence surveillée où il se trouve pour venir  chez lui. Sa situation est celle d’un prisonnier.

 

Devant un tel cas aussi gravissime que périlleux, nous :

 

-       Alertons l’opinion publique africaine et internationale, que quelque part au Togo, un réfugié politique tchadien, est devenu l’otage du régime de Ndjaména avec la complicité notoire des autorités togolaises.

 

-    Demandons au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), aux défenseurs des droits de l’homme qui interviennent en Afrique sur les questions liées aux droits des réfugiés politiques et des exilés,  de dénoncer avec force le non respect par le Gouvernement du Togo de ses obligations internationales relatives à la protection internationale humanitaire.

 

- Enfin, exigeons la mise en liberté immédiate de M.Fadoul Kitir ou bien sa réinstallation dans un pays autre que le Togo.

 

Makaila Nguebla