Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

L’interpellation, suivie d’arrestation de Haroun Kabadi, désormais citoyen ordinaire justiciable, a révélé  à l’opinion publique nationale tchadienne, le côté très obscure d’un monsieur dont les rapports avec son entourage, ont été de tout temps exécrables.

De Dakar, la rédaction a joint au téléphone un homme politique tchadien de l’opposition, qui nous affirmait, avoir connu Kabadi au Canada, mais force est de constater en lui qu’une ingratitude à son égard.

Cet opposant tchadien qui a requis l’anonymat, nous disait : « je ne verserai pas mes larmes à un homme comme Haroun Kabadi, à qui j’ai apporté aide et soutien, lorsqu’il était en difficulté ».S’est ainsi confié à notre rédaction, notre interlocuteur.

De plus et selon nos informations, Haroun Kabadi, aurait été trahi par le frère de Ahmat Bachir, qui serait aussi dans ce deal. Car, il y faisait partie et c’est au finish, constatant qu’il n’a pas été  récompensé, qu’il a décidé de  vendre la mèche à  son grand frère Ahmat Bachir, ministre de l’intérieur qui, a aussitôt informé Idriss Deby.

L’enquête ouverte à Ndjaména, a établi que le Secrétaire général de la présidence en l’occurrence Haroun Kabadi, aurait perçu des pots-de-vin d’un commerçant corrupteur par l’entremise d’une tierce personne.

 Le commerçant, en question  a été appréhendé  en Arabie-Saoudite puis extradé vers le Tchad.

Pour se disculper, il a donc fait des révélations  fracassantes qui éclaboussent de nombreuses personnalités politiques, des cadres administratifs et des hauts ministres véreux travaillant pour le compte d’ une république devenue bananière à la Colombie.

Mais l’histoire et l’opinion publique en générale, retiennent, qu’un certain Haroun Kabadi,  ancien Premier ministre, Secrétaire général à la présidence du Tchad et Secrétaire adjoint du parti au pouvoir le Mps, a été arrêté pour de faits de corruption  puis  jeté comme un sac de mil dans une cellule à la maison d’arrêt de Ndjaména, comme un vulgaire citoyen.

A quoi servira d’être corrompu ou corrupteur dans ce cas alors !

Que Dieu nous en préserve des ennuis de tous ceux qui sont malhonnêtes avec eux même  au sein d’une société tchadienne dévalorisée,  totalement pervertie et  polluée par  un  redoutable climat de trahison et des coups bas entre amis et copains.

 

Makaila Nguebla