Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

sylla.jpg

Hassan Sylla, minsitre tchadien de la communication

 

L’opinion  publique nationale et internationale est convaincue que pour participer à la guerre au Mali, Idriss Deby a fait allégeance à François Hollande  et à Allassane  Ouattara, les suppliant de solliciter son intervention militaire.

L’objectif d’Idriss Deby est connu de tous, il cherche à rallier à sa cause, la sympathie des  autorités françaises et celle des dirigeants ouest-africains désemparés et perdus dans le conflit au conflit au nord du Mali.

Contesté au Tchad et isolé au plan international, Idriss Deby a saisi l’opportunité qui s’offre à lui pour se racheter et redonner une virginité à son pouvoir autocratique.

Pays, enclavé et menacé par la sécheresse, le Tchad qui ne fait partie des Etats d’Afrique de l’Ouest, est permis à envoyer à lui ,seul, 2200 hommes au Mali, dépassant même l’effectif militaire envoyé par  le géant Nigéria, puissance  sous-régionale. C’est de la folie !

Malgré l’envoi des troupes tchadiennes sur les théâtres des opérations militaires au Mali avec les risques que nous connaissons, sans consentement d’une large opinion publique nationale, Idriss Deby n’est pas satisfait de la sous-médiatisation autour d’intervention militaire.

C’est ainsi qu’il a dépêché à Niamey, Hassan Sylla Ben Bakary, son ministre de la communication pour combler le déficit médiatique.

Depuis hier, Hassan Sylla qui se trouve dans la capitale nigérienne, a organisé un point de presse pour rappeler à l’opinion générale le rôle joué par l’armée tchadienne dans la guerre au Mali. Il s’est arrangé une interview télévisée avec France24.

Par ailleurs, il convient de rappeler qu’Idriss Deby est rentré précipitamment d’Addis Abeba, lorsqu’il avait constaté que l’ONU n’envisage pas d’assurer la prise en charge des troupes tchadiennes dans le cadre de la MISMA.

C’est un véritable revers diplomatique à l’image internationale de ce régime décrié à tous les niveaux au Tchad.

Idriss Deby doit noter que le conflit au Mali ne sauvera pas son pouvoir en butte à une contestation générale au Tchad.

Au crépuscule de son régime, Khadafi a fait allégeance à l’opinion internationale, mais cela n’a pas empêché la chute de son pouvoir par la même communauté internationale.

Le jour où le peuple du Tchad s’opposera au pouvoir en place, rien au monde n’empêchera à Idriss Deby de sauver son régime.

Ce jour viendra !


La rédaction du blog de makaila