Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

0,,15738059 401,00

 

Euphorique lors du déploiement de son armée dans la guerre au Mali, Idriss Deby est aujourd’hui visiblement agacé par la tergiversation à n’en point finir de l’Afrique de l’Ouest qui traine les pas pour s’engager  véritablement dans le bourbier malien.

En marge d’un sommet des pays membres de la Communauté Economique des Chefs des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ouvert mercredi à Yamoussokro (Côte d’Ivoire), auquel, prend part le Tchad sans y appartenir, Idriss Deby a haussé le ton à l’égard des dirigeants de l’organisation sous-régionale en des termes sans ambages : « "L'heure n'est plus aux discours (...) mais plutôt à l'action".

Idriss Deby dont les troupes ont subi des lourdes pertes humaines et matérielles dans le massif montagneux Ifoghas face aux Djihadistes, est résolument plus que jamais inquiet par la tournure des évènements militaires au Mali.

Il a lancé un cri de détresse aux dirigeants Ouest-africains : "Nous appelons l'état-major de la Cédéao à plus de célérité en accélérant l'envoi des troupes dans la zone libérée".

Rappelons que depuis le début des hostilités,  le Tchad  est le seul pays à avoir  envoyé un contingent fort de 2.200 hommes jugés, « réputés et aguerris »,  pour relever les défis contre les groupes islamistes, selon  par les médias  français et la presse internationale, acquis à la du  régime autoritaire d’Idriss Deby. Mais malheureusement, le Tchad est le pays qui a perdu  le plus grand nombre d’éléments en un seul jour des combats meurtriers, aucun autre soldat étranger à part la France, n’est mort dans le théâtre des opérations militaires.

Selon nos informations, plus de 125 soldats tchadiens seraient morts dans les combats, des centaines de blessés évacués dans les hôpitaux des  pays voisins, on est sans nouvelle du fils adoptif d’Idriss Deby qui est le chef du contingent des miliaires tchadiens.

Face donc à cette situation, Idriss Deby a estimé, élever le ton et menacer la CEDEAO d’envoyer sans délai des troupes au nord Mali pour appuyer son armée mise en difficulté par les groupes djihadistes prêts à se sacrifier.

Devant la configuration actuelle de la situation qui prévaut au nord Mali où les contributions financières des partenaires internationaux tardent à se manifester, l’angoisse  du dirigeant tchadien semble se justifier. Mais à qui la faute ?

Au Tchad, la grogne dans les rangs des populations, gagne du terrain, l’opinion publique est critique face à la décision d’Idriss Deby d’envoyer des Tchadiens mourir loin de leurs frontières pour plaire à un homme dont la pérennité au pouvoir, irrite les Tchadiens dans leur écrasante majorité.

Que va-faire Idriss Deby si jamais la CEDEAO et le Mali ne se pressent pas pour envoyer  dans les prochains jours, leurs troupes au front pour s’opposer aux Djihadistes ?

La rédaction du blog makaila