Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Le président tchadien Idriss Deby Itno a tapé du poing, hier, à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire. Il a appelé la force ouest-africaine (la MISMA) et l'armée malienne à accélérer leur déploiement dans le nord du Mali pour combattre, avec les soldats français et tchadiens, les groupes jihadistes. « L'heure n'est plus aux discours [...] mais plutôt à l'action [...]. L'ennemi n'attend pas », a-t-il lâché à l'ouverture d'un sommet de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). « Nous appelons l'état-major de la Cédéao à plus de célérité en accélérant l'envoi des troupes dans la zone libérée ».

La MISMA ne déploie, et dans les zones les plus calmes du Mali, que la moitié des 8 000 hommes promis. Seul le contingent nigérien présent à Gao a, pour l'instant, fait le coup de feu.

En revanche, Français et Tchadiens sont en première ligne. Depuis mardi, 1 800 soldats tchadiens et plus de 1 200 militaires français sont partis à l'assaut du massif de l'Adrar des Ifoghas. « La zone est circonscrite, mais immense », reconnaît l'état-major des armées qui précise que « des opérations de ratissage et de réduction des poches de résistance » sont en cours.

Face aux 3 000 Franco-Tchadiens, résistent des « gens décidés, l'élite des terroristes pourrait-on dire, aux systèmes défensifs sophistiqués », ajoute un proche de Jean-Yves Le Drian. La manoeuvre offensive est délicate. Elle pourrait s'avérer coûteuse en vies humaines.

Déby et ses soldats en savent quelque chose. Au moins vingt-sept militaires tchadiens ont été tués, vendredi, et soixante-six blessés, précisément dans les Ifoghas. Parmi eux, le général Mahamat Idriss Deby, fils du président et numéro 2 du contingent au Mali, dont l'évacuation vers la France devait avoir lieu hier matin.

Vendredi a été décrété jour de deuil national au Tchad. Le pays accueillera aujourd'hui les dépouilles de ses soldats tombés au Mali. Hier, des tombes ont été creusées et des cercueils livrés. « Soixante tombes au moins et une centaine de cercueils », selon un fonctionnaire tchadien. « C'est pour faire face à toute éventualité ».

 

Source: http://www.ouest-france.fr/actu/international_detail_-Mali-le-Tchad-et-son-chef-en-premiere-ligne-_3637-2168320_actu.Htm