Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Lettre à mon ami

 

Généalogie de la démocratie

 

Cher ami,

Je viens à peine de m’infiltrer dans le site de votre revue politique très courue, et après avoir lu à la façon d’un diarrhéique ton petit traité sur la démocratie, tendancieusement bel et bien écrit, je m’exfiltre, ébahi.

Tu peux me traiter d’un hacker, si tu veux, ou d’un agent de Central Intelligence Agency. Tu peux me priver de tout, mais tu ne peux en aucun cas me priver ni de la liberté de navigation ni de la liberté d’expression. Tu ris ? je te vois rire. Sans doute que tu sais grincer la pointe de ta plume pour écrire seulement noir sur blanc pour réfléchir trop peu. Certes quelques initiés en politikos, qui n’ont ni lu ni entendu la philosophie politique des inspirés de Génie de Socrate comme moi, t’ont tant admiré. Tu peux  avoir toujours, j’y crois toujours,  autour de toi quelques fidèles dont tu seras un bon berger qu’une idole. Euh bien ! tu les as encensés, ce n’est pas insensé, avec Homère, poète grec qui ignora la démocratie, avec Aristophane, poète grec qui écrivit Les cavaliers et l’Assemblée des femmes contre la démocratie, avec Démosthène, rhéteur qui critiqua, quoique démocrate, la démocratie et ses moyens faibles, Démosthène que je compare à Protagoras  qui avait, quoique sophiste, l’idéologie démocratique. Tu peux, pour eux, remplacer Hérodote ; mais moi…que diable !

Ô mon ami, et si en « rétablissant l’Ordre constitutionnel » sans pouvoir alors distinguer entre les Constitutions possibles d’un Etat (théocratie, aristocratie, oligarchie, démocratie, tyrannie, timocratie (cette dernière fondée sur l’honneur), et si en vaticinantsur la démocratie tu n’avais pris pour référence la vieille Europe et la Grèce antique, j’aurais été, par malchance, parmi tes fidèles dévots, et j’aurais ainsi eu une longue queue plantée derrière mon derrière, de petites cornes poussées au-dessus des deux flancs de ma tête, être couvert monstrueusement de la fourrure d’un quadrupède d’Himalaya. Zeus soit loué ! Zeus soit loué, mon ami !

Ne t’en étonne pas, cher ami, car tu n’es ni ne sera Nicomaque pour accuser la réception d’un Ethique à Nicomaque. Or tu dois savoir que le prophète Socrate n’a été suivi en philosophie politique sur la démocratie ni par son compagnon Platon ni par le compagnon de son compagnon Aristote. La démocratie, ne t’ont-ils pas dit, est le moins bon des bons gouvernements et le moins pire des pires ? Tocqueville ne les a-t-il pas suivis ? Moi, je ne serais pas en train de les suivre, je ne serais non plus en convenir, car je ne partage pas l’idéologie aristocratique des deux premiers pour moins embrasser celle monarchique du dernier. Loin s’en faut, Monsieur Tocqueville ! Mais avouons quand même, cher ami, que dans notre petit siècle des Lumières qui subit la crue de la liberté, nous n’érigeons que des « Bazars de constitutions » où chaque courant politique fait la promotion de son idéologie en bons produits. Avouons que les voix qui plébiscitent ailleurs un Président empereur sont différentes de celles qui couronnent un lord dans la Chambre des lords. Avouons même que ces deux, pour ne citer que ces deux avec le pays de l’Oncle, acceptent maintenant la démocratie publicitaire des propriétaires de l’or noir, et c’est devant les puits. Ne me dis surtout pas que c’est philosophiquement géopolitique ou realpolitik. Et si tu me parles de la démocratie qui aura pour source d’inspiration soit la charia soit la samhitâ, je flagellerai tout de suite ton corps dodu avec quatre-vingt-dix coups de fouets de théocentrisme révolu.

Il n’est pas par hasard, si je reviens autrement victorieusement te dire que la démocratie soit étymologiquement démos= peuple, kratos= pouvoir :c’est-à-dire gouvernement du peuple par le peuple, où tout le monde a la parole sans distinction, quitte à engendrer l’anarchie dans la démocratie par les coups bas, par les ruses, par les rancunes etc.., où tout le monde revendique la liberté et l’égalité, c’est-à-dire que, malgré ton diplôme de science po, tu ne seras pas mieux qu’un plèbe. Mais tu dois savoir là, cher ami, qu’elle, la démocratie, a un sens strictement à la fois politique et sociologique, donc qu’il n’est la parole ni à une civilisation supérieure, ni à une nation étrangère, ni à un pays colonisateur, ni à un organisme ou un groupuscule respectifs, et si tu me dis le contraire, je te métamorphose tout de suite en un Actéon métamorphosé en quadrupède cornu ; tu seras ensuite hué par ta meute d’aficionados en furie.

Tu as traité, dans ton fameux de traité, Bokassa d’Ubu le roi, sans craindre la résurrection des « udéfistes » gaulois ; c’est une parfaite caricature, je continue d’en rire. Mais c’était de piquer une crise de délire apocryphe quand tu as traité respectivement Thomas Sankara d’un fêlé du totalitarisme, Sékou Touré d’un communiste, Kwame Nkrumah d’un « autrement indépendantiste continental ». Tu es à la solde de qui, mon cher nervi ? Tu nous prends pour des « homme de Cro-Magnon » ? Je n’ai pas besoin de t’évoquer le « Bazar de constitutions » pour t’éclairer en te posant cette hypothèse : pourquoi les caricaturer, les rendre diables boiteux, les rendre « Péché originel de Maman Africa », les exclure sans atteindre à la Démocratie, quand, pour une histoire de xxxxx signatures, le chuintement d’une vieille chouette (parce qu’elle se voyait déshéritée du « Bazar de constitutions), réussit à mobiliser autour d’elle tous les médiats d’une nation tout entière qui spéculèrent sur la démocratie( si le néonazisme est une démocratie) ; quand un communiste foule tous les sols des plateaux médiatiques tandis qu’un anticapitaliste ronge de ses fesses ses fauteuil design ; quand…hi hi hi ! en voici un Paradoxe de tortue, mon cher Zénon d’Elée !

Cher ami, parait-il que tu ais contracté une sorte de mariage morganatique avec la fille d’un gérontocrate ploutocrate ; n’oublie pas de me mentionner dans le testament avant la disparition du Parti unique.

Démocratiquement

Nountché

 

Réaction sur facebook : Coulibaly Charles