Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Dans cette ambiance de fêtes de fin d’année, on se demande s’il ne faut pas aussi programmer la Love Parade en marge des défilés du cinquantenaire de notre pays. Ce sera un enrichissement de plus même si le Ministre de la Moralisation y trouvera à redire.

En effet, depuis quelques jours, il est question de la situation des gays dans le pays de Toumaï. A l’heure de la mondialisation, il est temps que les gays de notre pays se fassent connaître et revendiquer leur identité. Il est révolu le temps où sous les habits du bon père de famille, on cachait ses tendances homosexuelles pour ne pas heurter les bonnes âmes bien pensantes. Il faut s’assumer. Les gays doivent sortir de l’anonymat et exprimer leur différence. Les Etats-Unis n’ont- ils pas accordé le statut de refugié sexuel à un jeune gay sénégalais ? C’est un signe encourageant.

 

Le prétendu dernier scandale qui secoue ces derniers temps la Cour suprême doit servir de déclic. Tout N’Djamena en parle sous le manteau comme s’il s’agissait d’une chose honteuse. Il est temps que les chrysalides sortent de leur cocons et que les gays se libèrent de toutes les entraves ou carcans coutumiers et institutionnels.

 

Qu’un Conseiller de la Cour suprême soit surpris par sa sentinelle ou sa tendre épouse en train de se faire sauter par un chaud lapin de son quartier n’a rien d’étonnant de nos jours. Que ce jeune soit le petit frère de notre Toko national ne donne qu’une dimension people à l’affaire mais pas de quoi fouetter un chat ou un derrière. D’ailleurs, selon certaines indiscrétions, d’autres éminents Conseillers de la Cour suprême qui s’adonnent à ses pratiques homosexuelles sont impatients de se faire connaître au grand jour. Nous saluons leur courage.

Tant qu’ils ne s’attaquent pas à nos chers bambins à la sortie des écoles et lycées, il n’y a rien à redire. Ce qui peut leur être reproché, c’est d’avoir jusqu’à là vécu en vase clos alors que les autres gays n’attendent qu’un signe de leur part pour se ruer à la Cour suprême.

 

Les observateurs avertis ont relevé entre autres que le Conseiller incriminé est la coqueluche du Président de la Cour suprême car il le représente à toutes les manifestations et cérémonies officielles, au grand dam des Conseillers plus anciens (les images de l’ONRTV vous en diront davantage). Mieux encore, lors de la dernière rentrée judiciaire, sur le document distribué généreusement aux invités, notre ami figure en bonne place, toujours au détriment des Conseillers plus anciens. Les mauvaises langues prétendent que sur ce document se trouveraient d’autres gays également. Tant mieux, car décidemment cette Cour suprême qui est en avance sur toutes les autres institutions de la République en matière de libération et de tolérance sexuelle portera très haut le flambeau des gays tchadiens.

 

Le commun des tchadiens perspicace qu’il est, sait faire la différence entre un louti du Tchad et un louti du Soudan. 

 

De là à insinuer qu’il n’y a pas de fumée sans feu, les esprits mal tournés en tireront les conclusions qu’ils veulent mais cela ne va pas empêcher la terre de tourner.

 

Moralité, à trop vouloir se cacher on donne l’occasion aux mauvaises langues de s’exercer.

 

Que ne s’affichent-ils au grand jour pour couper court aux ragots. En ces temps de transparence, c’est l’occasion pour nos amis de se dévoiler afin qu’ils soient en paix avec leur conscience et participer éventuellement à la prochaine Love Parade qui ne manquera pas de faire une escale dans notre capitale, vitrine de l’Afrique. A moins que ces cachotiers ne veulent nous laisser le soin de publier leur liste avant la grande fête.

 

 

Dr Tarlom Issaka