Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Communiqué de Presse
 
Mobilisation totale contre les violations des droits humains en Gambie 
 
La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), est  vivement préoccupée par la situation de la démocratie et des droits humains  délétère qui prévaut en République de Gambie.
 
En effet, depuis l’accession du capitaine Yahya Jammeh au pouvoir en 1994, la  situation de la démocratie et des droits humains en Gambie, ne cesse de se  détériorer. Devenu paranoïaque, Le Président Yahya Jammey, voit des coups d’état  partout. Depuis qu’il est au pouvoir, plus de deux-cent (200) coups d’état ont  été recensés dans un pays où tout a été cadencé et où règnent l’intimidation et
la terreur qui n’épargnent ni les acteurs politiques (opposition et parti au  pouvoir confondus), ni les acteurs de la société civile. C’est dans ce contexte  que depuis le 15 juillet 2010, ont été jugés et condamnés à la peine capitale  pour haute trahison huit (8) accusés dont l’ex- Chef d’Etat Major des Forces  Armées, le Général Lang Tombong Tamba.  
 
Cette condamnation à mort n’est que la partie visible de l’iceberg, le régime  gambien étant régulièrement accusé d’avoir recours à des intimidations et  agressions contre la presse, des harcèlements incessants des défenseurs des  droits de l’homme, des détentions des prisonniers politiques, des arrestations  ou des limogeages arbitraires, de tortures, de meurtres, des exécutions  sommaires, de menaces et même de chasses aux sorcières.   
 
Actuellement, plusieurs personnes sont détenues sans inculpation ou emprisonnées  illégalement à l’issue de procès injustes. La plupart d’entre elles sont  victimes de tortures ou d’autres mauvais traitements. Libérées, certaines  finissent par perdre la vie.
 
La RADDHO rappelle que le droit à la vie est un droit fondamental consacré par  tous les  instruments internationaux et régionaux des droits humains comme la  Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples que la Gambie a signées et ratifiées et que  la pratique de la peine de mort est bannie par la communauté internationale.  
 
Ainsi, la RADDHO :


-          Dénonceet condamne vigoureusement cette parodie de procès qui ne  constitue en réalité que des règlements de compte politiques;
 
-          Exhorte le Président Yahya Jammeh à respecter ses obligations vis-à-vis de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de la Charte  Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. Il est incongru et inacceptable  que le pays qui abrite le siège de la Commission africaine des droits de l’Homme  et des peuples soit un Etat peu respectueux des droits de l’homme ;
 
-          Invitela Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples à  suspendre toute session tant que la peine de mort est en vigueur en  Gambie ;
 
-          Appelle toute la communauté internationale et africaine à mettre la pression sur le Président Yahya Jammeh afin qu’il gracie ces condamnés à mort et  mette fin aux violations flagrantes de droits  humains devenues monnaie courante  dans ce pays.
 
 
Fait à Dakar, le 20 Juillet 2010
Le Président