Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alerte Info: Tchad: le Premier ministre français, Jean Castex attendu à Ndjaména, l'opposition et la société civile lésées // Urgent- Le député Saleh Kebzabo- dans une lettre adressée Djimet Arabi, ministre la Justice demande au Président de l'Assemblée nationale, Haroun Kabadi d'écouter le député Saleh Kebzabo pour des propos tenus lors d'une tournée politique. Cette démarche est suspecte à 4 mois de la présidentielle// Tchad- le plafond de verre et la morte certaine de la méritocratie dans l'administration publique et privée pose problème aux cadres compétents (lire notre réflexion en page centrale)//Election présidentielle 2021 au Tchad: plusieurs milliards détournés par les responsables de la CENI //

Archives

Publié par Mak

18251326_jpeg_preview_large.jpgLe président tchadien Idriss Deby Itno s'est montré ferme à Paris devant la presse française vis à vis des rebelles tchadiens qu'il a qualifié de "mercenaires" et avec lesquels son gouvernement a établi des contacts la semaine dernière au Soudan. "Il n'est pas question d'autres démarches à part les démarches que nous faisons actuellement", a affirmé le président tchadien, en faisant allusion à la demande des rebelles de négocier sous l'égide de la communauté internationale.

Comme l'avait affirmé mercredi à l'AFP le chef de la délégation tchadienne, le médiateur Abderaman Moussa, le Tchad enverra lors de "la première quinzaine de mai" une nouvelle mission à Khartoum pour négocier avec les rebelles après les élections au Soudan qui doivent se tenir de dimanche à mardi. "Le moment venu, après les élections, quand la situation va être plus calme, le Tchad enverra une mission au Soudan pour tenter de nouer le contact avec ces mercenaires", a souligné le président Deby qui a d'entrée prévenu contre toute attente de concession spectaculaire. "Nous avons signé des accords à Syrte en mai 2007. Ce sont eux (rebelles) qui ont violé ces accords, ce n'est pas le gouvernement tchadien. Je n'ai pas d'argent à distribuer, ni de postes à distribuer, ni quoi que ce soit, ces gens sont partis à l'aventure sans un but ou objectif politique précis", a-t-il précisé.

 

Source: le figaro