Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

rebelles03-copie-1.jpg 

Combattants de la Résistance Nationale, ces derniers temps, j’ai été à N’djamena et à Tripoli. Ce que j’ai vu  et entendu dans ces deux villes m’a donné encore plus de rage à ne pas abandonner le combat.

 

Aujourd’hui, plus que jamais, tous ceux qui, comme moi, ont engagé  leur vie, et sacrifié  leur famille, leur confort personnel  pour être disposé à mourir à tout moment  pour la libération du Tchad, doivent se remobiliser, se requinquer, et remonter à l’assaut du régime pourri d’Idriss Deby qui, tôt ou tard, tombera.

J’ai d’abord été dans la capitale du Tchad.

 

J’ai vu là bas quelques uns de nos frères d’armes d’hier qui sont complètement perdus. Ayant trop facilement pris à la lettre les mensonges et les appels au retour de Deby et de ses sbires, ils avaient pensé à tort qu’en revenant à N’djamena, ils bénéficieraient d’une bonne situation ou d’un statut à la hauteur du renoncement qu’ils venaient de consentir.

 

Wallai ! Personne  du régime de Deby ne les regarde, Deby lui-même ne leur accorde aucun intérêt, n’éprouvant à la limite que du mépris pour eux, et surtout parce qu’il a constaté que les combattants les plus virulents n’ont pas déposé les armes. Le plus grave étant  que ce même Deby va jusqu’à dire à qui veut l’entendre que si  les nouveaux ralliés ne sont pas contents, ils n’ont qu’à retourner là où ils étaient !

 

Beaucoup de ceux-ci sont en train de refaire le chemin inverse avec, cette fois, une raison supplémentaire d’aller jusqu’au bout.

 

Mais en réalité, le tyran a peur.  Idriss Deby ITNO a peur. Il a même tellement la trouille qu’il vient d’interdire la circulation des voitures aux vitre teintées, et même l’utilisation des véhicules « Land Cruiser » pick-up sur toute l’étendue du pays, estimant que c’est à bord de celles-ci que les Tchadiens rallient la rébellion.

Deby n’a pas seulement  peur des rebelles et des « land cruiser », il se méfie aussi de ses propres grands militaires qu’il tient à distance, et à qui il exige pourtant un engagement total tout en leur réservant une condescendance sans pareille. On n’a qu’à voir comment il les jette les uns après les autres à la poubelle, comme s’ils n’étaient que des pions interchangeables. Quel que soit le sacrifice que vous avez consenti pour lui.

 

Mais la chose qui m’a le plus amusé à N’djamena est que Deby se pense désormais hors de tout danger après ses toutes récentes alliances avec Kadhafi et el Béchir, au point même qu’il en est venu à snober la France de Sarkozy.

Ainsi, dans cet imbroglio, il s’endort chaque soir avec l’enivrante  conviction que le lendemain sera comme la veille car ses alliés Libyens et Soudanais lui donnent la factice impression d’une assurance tout risque à la tête du Tchad. Et il se réveille chaque matin avec la certitude que la Résistance contre son régime prédateur s’est désintégrée avec l’UFR.

 

Mais comme d’habitude, il se trompe. C’est un faux calcul, car d’ici peu, il réalisera de nouveau sous le feu roulant de la Résistance que l’espoir d’un Tchad libéré et démocratique possède sept vies comme un chat, et qu’il ne saurait jamais mourir tant que ceux qui ont fait le choix de libérer ce pays se battront. Ils se battront jusqu’au dernier, et jusqu’à la dernière goutte de sang.

Après N’djamena et quelques villes du Tchad, notamment Abéché, je me suis rendu à Tripoli en Libye, et j’y ai fortuitement rencontré des combattants du MJE que j’avais connu au Tchad.

 

J’ai discuté avec bon nombre de ceux-ci, et ensemble, comme sous l’effet d’un fulgurant  éclair, nous avons subitement réalisé que la Résistance Tchadienne et celle du MJE n’ont rien qui les oppose.  Leurs combats ne sont pas les mêmes, et encore moins leurs objectifs respectifs.

 

Le MJE revendique une autonomie territoriale et une répartition équitable des richesses du sous sol Soudanais, tandis que nous mobilisons toutes nos énergies pour éradiquer une bonne fois pour  toute une dictature féroce et sans nom qui opprime tout un peuple depuis vingt ans maintenant.

Ainsi, avec la nouvelle configuration géopolitique,  beaucoup de données ont changé, et rien ne nous interdit de changer nos vues.

C’est pour cette simple raison que si, aujourd’hui, la Résistance Tchadienne conclue un pacte de non

agression et de non belligérance avec les troupes du Mje, il est clair que Deby et son régime seront beaucoup moins arrogants, comme ce fut avec certains mouvements politico-militaires en 2006-2007. Et nous aurons augmenté notre capital de sérénité.

 

Deby sait trop bien qu’après le sale tour qu’il a joué au leader du MJE, et  uniquement pour satisfaire ses propres intérêts, ce dernier lui a gardé une dent dure. Tellement dure que rien non plus ne pourrait lui interdire de revoir ses options diplomatiques.

 

Voilà mon idée, une idée dont je viens de discuter avec de grands responsables du Mje, et qui gagnerait à être étudiée et prise au sérieux par tous ceux qui, comme moi, sont prêts à tout pour débarrasser le Tchad de Deby et de sa clique de pillards.

 

 

Par Abdel-Atif Hassan Khalyl

Combattant de la Résistance Nationale

abdelatifhassankhalyl@yahoo.fr