Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak



J'ai lu avec grand plaisir le texte écrit par un chercheur indépendant, répondant au nom de M.A. Mahamat. Oui chercheurs en lobbies, je voudrai juste vous demander si avoir des lobbies est bon ou mauvais. A mon avis, il y a des lobbies partout. dans les gouvernements, dans les universités, etc. l'une es question principale qu'on peut se la posée est de savoir quels sont les bénéficies des lobbies dans la société?  Ce qui est sure est que personne ne veut être entouré des personnes qu'on ne les connait, pour ne pas mettre les bâtons dans les roues.

Nous sommes contents d’être informés sur ces lobbies. Seulement, les lobbies que vous avez décrit ne gèrent rien dans l'enseignement supérieur. Ils sont fait leur temps et à leur temps, soyons honnête et objectif, le niveau de l'éducation n'est aussi si bas et les étudiants étaient respectées, il n' y  a pas assez de désordre. Quand le professeur Avocsouma coiffait des directions de l'enseignement, il a voulu mettre metre de l'ordre dans l'enseignement. Seulement, il avait oublié qu'au Tchad mettre de l'ordre n'est pas apprécié. Alfarouck et d'autres ont tout fait pour faire partir Avocsouma. Quand alFarouck était ministre de l'enseignement supérieur, le désordre s'est installé. Dans son bureau, in prend des arrêtés qui affectent directement des personnes, même des licenciers, dans l'enseignement supérieur. L'avis des départements concernés n'est pas pris en compte. Ses prédécesseurs n'ont pas fait ainsi. L'objectif était
d' augmenter le nombre des enseignements acquis à la cause d'un lobby pour équilibrer les choses et lutter pour leur intérêt. Nous nous retrouvons maintenant avec des enseignements qui n'ont aucune déontologie et souvent très violents quand on leur dit clairement qu'ils n'enseignent pas bien.  Bref, je ne vais pas me mettre à c des enseignants incapables d'enseigner et, finalement refusent d'enseigner car ils sont chassés par les étudiants créant ainsi des fils à tordre aux départements. Avec l'arrivée de Ahmat, Taboye, Docteur au Tchad, c'est le pire. bref, je ne vais pas me mettre à tout écrire, mais ce qui est sure, jamais les universités n'ont eu de tels problèmes dans l'enseignement et le lobby qui dirige actuellement l'enseignement est le pire.


nous voulons que ce pays avance, il faut honnêtement reconnaitre certaines choses pour arriver à ce but. Il y  a des choses que l'état doit régler:
- détruire les lobbies qui reculent le pays
- recruter des enseignements capables d'enseigner. Sur ce point, tout le monde est d'accord qu'il y  a des enseignants qui n'ont pas de niveau, bien qu e docteur.
- nommer des gens compétents

- le seul de sélection est l'excellence. Donc abroger le décret sur les quotas. un  exemple évident est qu'on ne peut pas appliquer ce décret pour recruter des futurs médecins, des futurs enseignant, etc
- supprimer les considérations ethniques, religieuses et autres. aujourd'hui les enseignants sont manipulés et les divisions s'installent. il y a effectivement de gros poissons qui ont peur d'être balayés et comme la religion est un moyen, lâche je le dis bien, pour réunir des gens malgré leurs différences, ces gros poissons s'en sert pour asseoir leur autorité souvent contester.
- faire un contrôle stricte des enseignements. IL y a des enseignements qui ne font même 25 h par année alors qu'il doivent 200 à l'état. Il y a aussi ceux qui respectent pas le programme, parce qu'ils veulent enseigner ce qu'ils connaissent etc.
- renvoyer les enseignants qui ont double emploi. Il y a des enseignants qui travaillent dans des banques alors qu'ils sont intégrés comme permanent à la fonction publique pour le compte du ministère de l'enseignement supérieur.
-etc.


en résumé, il est bien de dénoncer, dans le seul but de changer la situation. évitons des discussions qui sont les causes principales de recul de notre développent. qu'on soit du nord ou du sud, musulman (je le suis) ou chrétien, l’enseignement supérieur n'a pas besoin de ça. Je crois nos grands donnent parfois de mauvais exemple qu'il faut éviter de les prendre en compte. la réalité du pays est de telle sorte qu'on ne peut pas le diriger en se basant sur des considérations religieuses. avec une statistique de 52% de musulmans et 48% de chrétiens, croyez vous que l'islamisation ou la christianisation est une solution. Je  le répète encore que si cela était possible, la solution serait toute trouvée. en conclusion soyons objectif et positive pour faire avancer notre pays, où la laïcité est bien écrite dans notre constitution.

 

Abdramane Ahmet Seck