Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 
2010050118141920
Enseignement Supérieur, Deby doit vite agir !
 
Merci Mahamat Bernard. Je pense que l’écho est entrain de passer. Tant que ses gens ne s’effacent pas pour laisser la place à un staff dirigeant objectif, les dénonciations vont continuer. Nous aimons ce pays, ne le laissons pas aux mains d’ingras.
Le désordre doit s’arrêter. Le pays a trop souffert. Pendant que des étudiants Camerounais, Sénégalais et autres sont biens formés et se lancent dans l’imagination pour concrétiser leurs connaissances, l’enseignement supérieur au Tchad brille par sa mediocricité et des coup bas qui ne font que la sombrer. Mais jusqu’à quand cette situation va perdurer. Des enseignants médiocres, racistes et autres qui dirigent l’enseignement supérieur. Tout a été bien ficelé pour empêcher des idées prometteuses. Et ce qui est choquant, c’est dans leur intérêt, en sacrifiant le pays. Tout ministre de l’enseignement supérieur est pris en piège par Mahamat Barka, Annadif Hamdan, Mahamoud Youssouf, Malloum sultan, Mahamat Alhabo, etc. Ne nous attendons pas à un enseignement digne de ce  nom tant que ses destructeurs tirent des mauvaises ficelles pour diviser les gens. Il est temps chers tchadiens conscients de dénoncer et d’exiger leur départ.
Les enseignants jeunes se trouvent dans une situation délicate. Ils n’émergent pas, ils sont étouffés. Ces vieux enseignants venus de l’union soviétique comme disait mahamat bernard, certains ont préféré faire de la politique, moyen facile pour gagner sa vie, d’autres ont abandonnés les recherches et deviennent des responsables qui détournent tout. Des limites et des barrières ont été fixées, disant à haute voix aux jeunes que rien ne peut fonctionner sans nous. Ces enseignants là, ne publient pas. La seule chose qu’ils connaissent, c’est se comparer aux autres, en termes du nombre de voitures, du nombre de villa, des millions dans les comptes etc. Allez regarder les Cv de ses gens, certains ont fait plus de 20 ans, sans publications. Ils enseignent la même matière, ne mettent pas à jour les cours, certains sont complètement désaxer. Heureusement pour eux, qu’il y a sur le marché des livres donnant des cours et exercices corrigées.
Avec l’émergence des jeunes, compétents, dévoués à la recherche, la peur s’installe. Ils ont peur que ces jeunes dévoiement leurs vrais visages, en leur montrant comment on enseigne et bien, comment on fait de la recherche, etc. aucun projet ne réussit. Tout projet qui vient au rectorat ou au bureau du ministre atteint la fin du parcours, dossiers classées sans suite. Les ficelles religieuses sont utilisées pour diviser les enseignants. Aucun texte objectif ne passe. Dès qu’ils sentent que leur poste est menacé, l’ignorance des tchadiens aidante, un cercle se crée et l’adhésion se fait en tenant compte des considérations religieuses. Confondant ainsi la Foi, pour Dieu, à la foi pour ces malfrats qui n’a pas un autre objectif que leur intérêt. Jeunes chercheurs ouvrez les yeux. Le Tchad appartient à tous les tchadiens, nordistes ou sudistes, musulman ou chrétiens. Il est impossible, et je le dis haut et fort, d’islamiser ou de christianiser ce pays, source potentiel du désordre. Il est aussi impossible que l’enseignement supérieur avance en tenant compte des considérations religieuses. Les différentes guerres passées doivent nous servir de leçon. Si cela était possible, la solution serait trouvée.
Je vais vous raconter une petite histoire. Celle-ci m’a été racontée et elle est vérifiée. Le lobby destructeur que j’ai évoqué dans l’un de mes précédents écrits, veut continuer à avoir la main sur l’enseignement supérieur. Comme ils ne font rien, et que le Président et autres exigent que les choses changent, la peur s’installe. En effet, tout changement les exclura de la gestion et comme beaucoup sont incapables d’enseigner, ils iront à la poubelle de l’enseignement supérieur. Le ministre sortant, le fameux Ahmat taboye (il n’a pas son doctorat mais dans le décret le nomment conseiller ou à la télé on l’appelle docteur, dommage), malloum sultan, barka et autres ont concoctés des textes qui nommera des enseignants chercheurs dans les institutions universitaires, au lieu d’une élection, acquise chèrement par le Synecs, syndicat des enseignants chercheurs, malloum était l’un des fervents défenseurs. Ils ont constaté que de plus en plus des jeunes arrivent dans des universités. Ces jeunes jugent plus tôt par des actes objectifs, pas des considérations ethniques ou autres. Par des élections, ils n’arriveront jamais d’assoir leur pouvoir. Il faut donc nommer, pour avoir ses amis, ses parents et autres acquis à leur cause, au près d’eux. Stratégie bien connue. Le SINECS, lors d’une assemblée générale, a posé le problème, des camps se sont formés. D’une part, Annadif Hamdan, Malloum Sultan et quelques enseignants, par peur ou par hypocrisie (ils ne peuvent pas les contredire en face), défenseurs de la nomination et les autres enseignants, d’autre part, pour des élections, se sont disputés, violemment. L’objectif du club est de mettre en mal la prise d’une décision en faveur d’une élection. Ils ont lâchement et honteusement atteint leur objectif, ou en faite, ajourner la décision.
Autre constat, il ne faut rien attendre des états généraux. Tous les membres du club sont responsabilisés et c’est eux qui dirigent les réunions de préparations. Il faut s’attendre plus tôt à un gaspillage d’argent et des objectifs qui ne feront pas changé la face de l’université. Si le nouveau ministre veut réussir ses états généraux, il faut revoir les commissions et se baser sur des syndicalistes et des gens honnêtes.
 
Je me pose vraiment des questions : le président aime-t-il ce pays ? Veux-t-il vraiment que ce pays avance ? N’y a-t-il pas des personnes compétentes ? Ne sais t-il pas que les gens le trompent ?
Par exemple, nommer quelqu’un, comme  Ahmat  taboye, vomi par les enseignants et les étudiants, comme conseiller à l’enseignement supérieur, est une grande déception, du coté des jeunes.  Cette personne à fait sortir des arrêtés ou des décrets qui font la honte de l’université.
Et la bourse des étudiants ? Sommes-nous vraiment incapable de les payer ? Pendant que des ministères et des institutions juteux sont entrains d’être pillées par des inciviques ? Ce qui est détourné en un jour, dans les ministères, douane, aéroport est suffisant pour payer les étudiants. C’est inacceptable qu’un pays pétrolier comme le Tchad, n’arrive pas à payer les bourses des étudiants, 25.000 par mois, bourse maudite compte tenue de la chevreté de vie. Les bourses, budgétisées, souvent détournées pour faire du commerce. Même pas un doigt pour sanctionner. Chaque année, même problème : bourse. Pendant que les étudiants des pays pauvres comme la Centrafrique passent 9 mois pour une année scolaire, ceux du Tchad, au moins deux ans pour une année scolaire : gâchis de financement, perte des années. Monsieur le président, êtes-vous content que des millions d’étudiants fassent autant de  sacrifices, négatives, conséquence d’une mauvaise gestion ou mauvaise volonté?
Et les salaires des enseignants, alors ? C’est mesquin. Des docteurs qui vivent mal que ceux qui ont un CEPET, un BEPC, ou un bac etc. responsabilisés et fervent supporteur de détournement! Comment peut-on s’occuper uniquement des enseignements et de la recherche quand on est incapable de nourrir ses enfants ou, que tous les sacrifices subis pour devenir enseignant-chercheur n’ont pas de retours positifs. Alors qu’en face, un pauvre, minable, parce que proche du pouvoir ou ayant un parent très haut placé roule dans de grosses cylindrés et manipule des millions ! L’éducation est le fondement d’une société saine. Une population instruit et  bien éduquée implique plus de bien faits qu’une  population ignorante et analphabète. Le Sénégal a doublé le salaire des enseignants pour une bonne productivité. Le bénin a augmenté le salaire des fonctionnaires pour éviter certains dérives ; détournements etc. Au Tchad, un Itno est capable de payer un mois de salaire aux fonctionnaires. Depuis plusieurs années, aucune augmentation du salaire. La colère monte, la déception est quotidienne, une explosion est proche.
Le président s’est entouré des conseillers, détourneurs, voleurs, bref la majorité de mauvaise moralité. Les informations qui parviennent au Président sont filtrées et généralement fausses. Les agents de renseignements sont manipulés par les barons du MPS, les barons du régime, de telle sorte qu’on fait sourd d’oreille aux revendications de la population. Tout est verrouillé. La seule façon qui reste est la dénonciation, grâce à Internet, pour monter au monde entier ce qui se passe et pour montrer à Deby quel est l’état d’esprit de la population. Dénonçons, dénonçons. Je dénoncerai tout tant que les choses ne changent pas. Arrivera un jour où les choses seront obligées de changer. La révolution est entrain de se construire. Monsieur le Président, il est temps d’agir.
 
Mahamat Hamza. Etudiant.