Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 
DG_IUSTA.jpg
Mahamoud Youssouf,
Le lobby destructeur de l’enseignement supérieur au TCHAD, il est temps de le détruire.
 
 
Rien ne va dans l’enseignement supérieur. Un lobby prend en otage tout le système. De manière résumée, ils disent ceci : « Rien sans nous ». Pourtant, ils ne font pas de la recherche, ils n’enseignent pas, ils détournent les fonds des établissements, les gèrent comme une banque familiale etc. Le nationalisme est mis de coté au profit de l’internet personnel ou d’un groupe, qui ne laisse aucune chance aux jeunes.
Ce lobby, dangereux, est entrain de mettre en péril l’enseignement supérieur. Il faut un remake total.
Parmi ces gens, je cite entre autres :
-          Mahamoud Youssouf, DG depuis la création de l’Institut d’Abéché, nul dans l’enseignement. Ses collaborateurs font tout pour lui. C’est l’argent qui l’intéresse. Il fait ce qu’il veut, renvoi qui il veut, détourne les fonds au profit de son institut privé qu’il a créé. Il fait savoir à  tout le monde que l’institut est son enfant, qu’il est le DG éternel. Baisse de niveau insupportable dans cet institut. L’excellence est mise de coté. Tout enseignant qui dit la vérité est renvoyé ou menacé de renvois.
-          Mahamat Barka, DG de l’institut de mongo. Il s’est entouré de ses parents qui ne respectent même pas les enseignants. Ils sont l’oreille et l’œil du DG. Même les étudiants sont responsabilités. Ces étudiants défient les enseignants. Ils disent à haute voix aux enseignants, si vous blaguez, on va vous renvoyer. Il règne la peur dans cet institut. Gestion de l’institut basée sur des considérations religieuses et ethniques.  Mauvais conseiller du ministre sortant.
-          Annadif Hamdan, l’eau douce est la plus dangereuse. Conseiller dans l’ombre. Eternelle Dg de Univalor, vache à lait. Par une décision rectorale, le local, l’électricité, l’eau, etc. sont utilisées gratuitement pour faire des formations, pourtant qui rapportent mais c’est l’état qui paie la facture. Toute formation doit passée par Univalor, empêchant ainsi les jeunes universitaires d’émerger. Cette même décision autorise Univalor d’utiliser les enseignants pour leurs formations. Ces enseignants sont mal payés. Véritable exploitation. Tout est verrouillé sous l’œil complice du recteur de l’université de N’Djaména. Ce monsieur n’a aucune objectivité. Pour un simple problème, il est capable de rassembler derrière lui des enseignants au nom de la religion ou des considérations ethnique. L’objectivité est mise de coté.
-          Malloum Sultan. Il était respecté et respectable. Il a vraiment défendu le SYNECS, syndicat des enseignants chercheurs. Depuis qu’il appartient à ce lobby, il a changé de veste. Entourés des personnages ci-haut cités, il a perdu la raison, et lutte plus tôt pour sauver son poste et renflouer son compte bancaire. Il a de bonnes visions mais seulement il est influencé. A l’époque du ministre sortant, il s’est fait roulé dans la farine. Bien qu’appartenant à ce lobby, il est récupérable. Il suffit de dégager les gens autour de lui.
-          etc….
Bref, tout est ficelé de telle sorte que si un enseignant est renvoyé, aucune autre institution universitaire ne l’intégrera. Tous les recteurs, les DGs s’entendent donc dans ce sens. Tout enseignant qui dit la vérité menace sa fonction. Ayant peur de perdre leur travail, les enseignants laissent faire. Le ministre qui devrait en principe demander des comptes, classe souvent les problèmes sérieux.
Autres constats:
-          Tout ministre qui arrive, est obligé d’entrer dans ce lobby. Le plus mauvais ministre connu, Ahmat Taboye, a mis au plus bas niveau l’enseignement supérieur. Entouré des personnes citées ci-haut, il a fait signer le décret le plus médiocre de toute la vie de l’enseignement supérieur. Histoire de quotas. Je me pose même la question, pourquoi le Président signe ce genre de décret. Certainement, il aurait menti au chef de l’état. Un quota par région!!!!, quelle bêtise. Selon ce décret, par exemple pour le concours de la médecine, on peut prendre quelqu’un qui a une moyenne de 5 à la place de celui qui a une moyenne supérieure à 10 pour la simple raison que le quota de cette région est atteint. Prendre ce genre de personnes c’est former des meurtriers. Ce même ministre à signer un arrêté mettant à la disposition de la fonction publique, un enseignant-chercheur de rang A (ils sont combien au Tchad ?)!!!! pour des raisons personnelles. Il se disait intouchable parce qu’il est protégé par Hinda. Je ne sais pas si Hinda serait contente de protégé des gens comme Ahamt Taboye. Quel soulagement quand il a été dégagé !. Nouveau ministre, nous voulons des actes objectifs, sinon….
-          Des textes existent pour nommer des enseignants en tenant compte de leur grade. Tous les ministres de l’enseignement supérieurs ne l’applique pas. En appartenant à ce lobby, on cherche plus tôt à régler les comptes. On met systématiquement de coté ceux qui ont souffert pour faire fonctionner l’université. Sont nommés à des postes de responsabilités, que des cousins, des amis, sans aucune expérience.
-          Certains anciens docteurs brouillent toute avancé des jeunes  qui sont dévoués à la recherche. On fait tout pour que les véritables chercheurs n’aient aucune place dans la sphère de l’enseignant supérieur. Ils ne publient pas, ils font tout pour s’opposer au CAMES qui, est le seul à grader les enseignants-chercheurs. Ces gens ont l’unique objectif de tout faire pour conserver leur poste au détriment de l’internet national.
 
Ce que je viens de dire n’est que la partie visible de l’Iceberg. Je suis un étudiant. Je suis rentré plusieurs fois au pays, m’imprégné des réalités qui, sont tristes. L’enseignement supérieur est pris en otage par des personnes sans foie, ni loi. L’excellence n’existe pas. Le favoritisme, surtout. Le nationalisme n’y est plus. C’est la guerre des clans, des lobbies, au détriment de l’intérêt national. L’éducation est la base de tout développement. Il est temps que le Président prenne une décision. Qu’il nomme des gens qu’il faut, à la place qu’il faut. Que l’excellence ou le mérite soit le seul critère. Il faut supprimer les considérations religieuses, ethniques et autres. Par des considérations religieuses hors contexte, on fait trainer derrière soit des gens qui, de ce fait perdent toute notion objectivité et luttent pour un individu ou un groupe d’individus. On utilise la religion pour se couvrir. Dans les institutions universitaires, il y a une confusion totale entre religion et recherche. Que les tchadiens ouvrent leurs yeux à l’instar des pays de l’Afrique de l’est. Ne confondons pas notre foi avec les intérêts de quelques individus. Considérons plus l’intérêt national, pour que ce pays s’en sorte du gouffre.
Je demande aux Tchadiens d’écrire pour dénoncer les dérives constatées qui mettent en mal le pays. C’est le seul moyen de se faire entendre et de faire bouger les choses en attendant une révolution populaire. Le Président s’est entouré des conseillers qui ne lui disent la vérité. Les jeunes, nous sommes au 21 siècle, dénonçons les dérives, trop c’est trop.
A bon entendeur salut.
 
Mahamat Hamza. Etudian