Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

menteur-n.JPG

                                                                                            proces-ust-copie-1.JPG

 Dans une salle vide, boudée par tous les invités, le premier ministre a fait une piètre présentation pleine de mensonge et de contrevérité.
Prévue pour 16heures, la pompeusement appelée, adresse du Premier ministre à la nation tchadienne, a commencé à 17h 30 pour finalement accoucher d’une souri. Elle a failli tout d’abord être annulée. Sauvée par les zélés qui sont Hassan Sylla et Abdoulaye Fadoul Sabre, les hommes de paille de Emmanuel Nadingar, le premier ministre le plus médiocre de l’histoire du Tchad a encore brillé par une incompétence notoire.


Tout d’abord Emmanuel Nadingar qui est même boudé par une bonne partie de ses ministres sur lequel il n’a plus aucune emprise, essaye de dissimuler son incompétence sous une amnésie voulue et entretenue. Il tente de faire semblant comme si le procès-verbal de la commission paritaire lui est étranger alors qu’il a laissé faire. Il aurait du intervenir en amont en interdisant aux négociateurs du gouvernement à ne point engager l’administration tant qu’il n’y a pas une validation préalable. Or, connaissant les fonctionnaires « Laoukoura », il est sûr qu’ils ont signé ce procès verbal qu’après avoir été rassuré de l’accord de leurs patrons en l’occurrence le ministre de la fonction publique de l’époque ainsi que le premier ministre qui n’est personne d’autre qu’Emmanuel Nadingar himself.


On en veut pour preuve la promotion du premier vice président de cette commission qui n’est personne d’autre que l’actuel Secrétaire Général de la fonction publique, Issa Ngartmardé Ngartonan. Comme il fallait s’y attendre, les responsables du ministère de finances ne se sont que fait représenter dans cette importante commission parce qu’ils savaient qu’il n’y avait pas d’intérêt financier direct. Ni le directeur Général du Budget, ni le Contrôleur Financier n’ont daigné se présenté. C’est donc là le problème de gouvernance que posent les actions d’Emmanuel Nadingar. Il ne suit rien, ne prévoit rien, ne coordonne rien.


Aujourd’hui, cet épouvantail de Déby expose son patron. Voilà, cher Idriss Déby, les conséquences de s’être entouré des cancres. Quand un cancre comme lui a pour conseiller un détenteur de faux diplôme comme Hassan Sylla, c’est clair que le résultat ne peut être que celui là qu’on nous sert actuellement. Le ministre de la justice en bon Djiddo qu’il est profite de cet attelage de mauvais goût pour assouvir ses ambitions. Il trône au dessus de ces deux cancres qui l’écoutent comme les chrétiens écoutent le messie.


Aujourd’hui, la seule issue qui reste à Idriss Déby est de négocier autour du droit acquis qu’est l’augmentation de la grille salariale et le relevement du point d’indice à 150 comme convenu entre les représentants de l’Etat et les Syndicalistes. Ça ne sert à rien de faire une fuite en avant en paradant avec son corrompu de la CLTT Ben Chérif qui n’amuse plus personne.


La rédaction