Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ABDERAHIM-YOUNOUS-ALI-MIN-D-copie-1kadidja hassabalah
M.Abderahim Younous Ali, Ministre de l'éducation et Mme Khadjidja Hassaballah, Secrétaire Générale
à l'Education.

Le domaine de l’éducation est une priorité nationale, aussi bien au Tchad comme dans d’autres pays de l’Afrique subsaharienne ayant ratifié la Convention sur l’éducation pour tous à l’an 2015, parmi les six objectifs fixés, aucun n’a été réalisé chez nous par rapport à d’autres Etats sur le continent.

Vous pouvez vous-même constater que le taux de scolarisation est trés faible dans notre pays, et ce, malgré les efforts consentis en terme des dépenses à l'éducation par les différents partenaires au développement à savoir : la Banque Africaine de Développement (BAD), la Banque Mondiale (BM) avec son  Projet d'Appui à la Réforme de Secteur de l'éducation(PARSET) et la Banque Islamique de Développement(BID), dont les objectifs principaux sont entre autres :  l'amélioration de la qualité d'enseignement, l'amélioration de condition d'accès en construisant des infrastructure scolaires.


Au Tchad, à tous les niveaux, les responsables ont détourné, n’importe quel administrateur fait à sa tête ce qui lui semble, absence de relations hiérarchiques,  les enseignants ne regagnent pas leurs postes à défaut de transport,  d'autres sont couverts par les délégués et inspecteurs au niveau régional car ils poursuivent des études supérieures à l'étranger  avec autorisation  signée, tantôt  par le ministre de l'éducation nationale,  tantôt par la secrétaire d'Etat et de fois par la ministre de la fonction publique.

Quel gaspillage des ressources humaines ! Alors qu'il ya des écoles qui sont tenues par des maitres communautaires sans qualification, la loi d'orientation du système n'existe que de nom, pas des textes d'applications, la baisse de niveau notoire des élèves et les enseignants eux mêmes, pas d'annuaire statistique mis à jour, les données sont obsolètes, les enseignants sont concentrés à ndjamena, la plupart d’entre eux sont des arabophones et sans parler de ceux là qui sont intégrés avec de faux diplôme en 2008 (on dénombre environ 350 enseignants), intégrés  à titre exceptionnel par un décret du Premier ministre.


A cela,  s'ajoute les normaliens issus de l'Ecole Normale, chaque année 1600 lauréats achévent leurs études mais sur cet effectif, il y a moins de 100 qui auront la chance d'être intégrés avec un niveau relativement bas. C’est pourquoi, nous insistons pour que les ministres nommés  menent un travail de  réflexion pour corriger ces insuffisances car, nous avons affaire à un  systéme complexe.


Aujourd’hui, à peine nommé, le nouveau ministre  et la secrétaire d'Etat à l'éducation disputent pour placer les leurs, aux postes à responsabilité, tous deux sont arabophones et ne maitrisent rien du domaine de l'éducation. La politique du système éducatif les échappe totalement, elle est  la base "d’une gestion apaisée du systéme lui-même »


Au moment où des voix s’élèvent pour réclamer des audits internes à l’éducation,  la secrétaire d'Etat vient avec un projet de décret tout fin prés et le présente au nouveau ministre alors que ce dernier, n’a pas encore pris connaissance de son département. Il découvre ainsi, les petits jeux  de sa Secrétaire d’Etat.


Ayant constaté que son ministre l’a démasquée, elle reprend son projet de décrets sous les aisselles et part s'enfermer dans son bureau, elle est certes l’élève de l’ancien ministre Abderaman Koko,
mais elle n’a rien appris de lui, elle a outrepassé.


Tout le  monde est au courant de cette discorde entre les deux ministre,  mais au Tchad, le ridicule ne tue pas sinon comment nommer à la fois, deux arabophones à la tête de l’éducation alors qu’ils n’arrivent même pas à s’exprimer  pourtant, nous avons  des vrais techniciens au sein du minstére, Kalawa, éducation au Tchad et kalawa Tchad !


Pour  le moment, c’est encore tendu, Mme Khadjidj Hassaballah, Secrétaire d’Etat, qui était  ex Deputée de farcha et trésoriére du Mouvement Patriotique du Salut (MPS), prend appui sur ses anciennes racines pour intimider le nouveau ministre, enseignant à  l'université Roi fayçal appuyé par l'imam Hassan Hussein, il est encore calme pour bien voir les choses avant de prendre à son tour une décision.


Il faut dire que Mme Khadjidja Hassaballah a collecté plusieurs Curriculum Vitae pour les proposer à Abderaman Koko, qui les a rejetés avec  une sagesse sans précédent  à son époque.

 
Cette femme ne fait que mentir pour dire tantôt, tel Curriculum Vitae est proposé par Hinda, tel autre par Djimrangar Dadnadji et de fois par un certain Bichara Doudoua, l'homme qui a nommé Vingt Six (26) Directeurs Administratifs et Financiers  dans les Départements ministériels (que de Zaghawa et rien que zaghawa).

 

Par ailleurs tous les responsables décrétés sont paniqués et craignent de perdre leurs postes, la situation est très confuse à l'éducation nationale, il serait difficile de faire la balance.

 

Au Tchad, le slogan « l’homme qu’il faut à la place », est loin d’être acquis, en ce moment avec la vitesse de cette dame qui influe sur le tout nouveau ministre, l'approche compétence est loin d'en tenir compte.

 Affaire à suivre

 

Education nationale : source confidentielle.