Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Un train peut en cacher un autre

IFTIC  Répond

 

Ce que Nous savons de sources sûres

1.      En dépit des manœuvres de sape, de sabordage, de diffamation de ses détracteurs qui, depuis 2011 font feu de tout bois pour le faire revenir sur les mesures salvatrices qui, pourtant sont les seules à garantir l’épanouissement de l’Institut, L’Institut de Formation aux techniques de l’Information et de la Communication (IFTIC) vit au rythme d’une évolution croissante ces dernières années. Plusieurs réformes et innovations ont été amorcées depuis Janvier 2011, notamment en termes de nouveaux curricula qui intègrent :

-          les Nouvelles Technologies de l’Information et 36 autres spécialités ;

-           la création, l’organisation et l’encadrement des 4 masters financés sur fonds propres en un seul exercice ;

-           la révision intégrale des statuts qui consacrent la détermination précise du cahier de charges de chaque intervenant, du rapport fonctionnel ainsi que la stratégie de communication devant régir le fonctionnement de l’organisation, l’outil de suivi et d’auto-évaluation des performances des employés et de l’organisation des règlements intérieurs ;

-          Elaboration d’un manuel de procédures comptables, administratives et financières ;

-          L’institutionnalisation de la gestion axée sur les résultats mesurables et générateurs d’impacts positifs ;

-          L’institutionnalisation d’un cadre de suivi académique, d’évaluation de performances de l’encadrement administratif et de toute l’organisation (Institut, EPA) ;

-          Plusieurs dizaines de conventions de partenariats avec des opérateurs de développement  internes et externes ;

-          L’offensive tous azimuts s’étant traduite par la venue de plus de 70 étudiants étrangers à l’IFTIC en une seule année.

Toutes ces reformes, on le comprend aisément, ont suscité chez certains conservateurs internes et externes, le refus du changement et/ ou la résistance aux innovations susceptibles de compromettre certains intérêts privés ou de bousculer certaines pratiques à plusieurs égards surannées.

 

 En effet, comment comprendre que  cette école qui fait la fierté non seulement de  la nation Nigérienne  mais aussi celle des ressortissants des 12 pays de la région fasse l’objet d’attaques groupées, gratuites mais tout particulièrement orientées.  

L’article publié sur le BLOG de MAKAILA le 07 juin 2012, intitulé « IFTIC réfectionné avec l’argent des Tchadiens, les Filles Tchadiennes sont la chasse gardée   des enseignants, IFTIC, une école en perte de ses valeurs », ces trois titres en un seul  du rédacteur de l’article ne nous surprennent guère. Ils nous sont familiers. Nous connaissons particulièrement bien les inspirateurs. En effet, ces trois titres en un seul sont pressentis et mis en avant  pour détruire en seul coup une crédibilité accumulée en 19 ans d’exercice. C’est à peine si  l’IFTIC n’a pas eu pitié  de l’auteur qui  se sera laissé manipuler en mettant sa haine, sa triple frustration au service des manœuvres de sape promues par autrui.

La lecture de ce droit de réponse vous permettra de faire la part des choses.

 

2.      Pour bénéficier d’une formationà l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication, toute inscription est subordonnée obligatoirement à l’admission au  test organisé par l’école depuis déjà 18  ans. Cette disposition s’applique rigoureusement à toutes les nationalités, y compris les nationaux.

3.      Le Tchad, comme les 12 autres pays ont choisi en toute souveraineté et en connaissance de causes, sans contrainte aucune, d’inscrire leurs ressortissants à l’IFTIC. Ce faisant, c’est naturellement au vu de  la qualité de l’offre de formation que propose l’IFTIC parmi tant d’autres. Ladite offre ne saurait être réduite à la seule formation en journalisme. Elle porte plutôt sur 33 spécialités dans le domaine de l’Informatique, de l’Information, de la communication et des Sciences de l’Information documentaire. Faites-y un tour pour vérifier de vous-mêmes. En effet, l’IFTIC a été érigé depuis 2003 par le gouvernement comme pôle unique et centralisateur de l’ensemble des formations en matière de communication pour le développement. Il a été désigné au cours de la rencontre des écoles de journalisme tenue à Dakar au Sénégal en mars 2011 pour assurer le Secrétariat Général du réseau de 216 écoles professionnelles de formation en matière de journalisme. Mieux, il a été érigé par l’UNESCO comme centre d’excellence et reconnu comme étant le point focal de l’espace CEDEAO dans le cadre de la formation en journalisme de vulgarisation des recherches scientifiques. C’est pour toutes ces raisons que le gouvernement a exceptionnellement apporté tout son soutien moral et financier à cette Institution qui est en train de devenir le symbole de ce « NIGER QUI GAGNE »

4.      Les tchadiens autant que les autres étudiants ressortissants des autres pays qui ont choisi de s’inscrire à l’IFTIC payent pour leur scolarité le même montant. Cette disposition date déjà de plus de 10ans.

5.      L’IFTIC dispose depuis 1989 d’un régime des études qui institue le système de contrôle continu comme moyen d’évaluation des étudiants à l’instar de la plupart des centres d’enseignement supérieur. C’est ce régime d’études qui détermine le profil du corps professoral tant pour le niveau moyen que pour le niveau supérieur. C’est ce régime d’études qui précise que pour enseigner au niveau moyen, il est exigé du professeur vacataire ou permanent, non seulement une expérience professionnelle d’au moins 5ans mais aussi et surtout un BAC + 3 ans. Pour prétendre enseigner au Niveau Supérieur, il faut disposer d’une expérience de 5 ans et d’un diplôme équivalent au BAC + 5 ans. Ainsi pouvons- nous certifier, preuves à l’appui (fiches d’évaluations de professeurs vacataires et permanents) que les 131 professeurs vacataires et permanents de l’année académique 2011-2012 remplissent totalement les conditions exigées par le régime des études. Il ne faut pas occulter le statut de l’Institut qui en fait un centre de formation professionnelle qui, en conséquence privilégie les enseignements professionnels et pratiques à hauteur de 75 % des 1240 heures / an et par filière ; seulement 25% sont dédiés à l’enseignement général et théorique.

6.      Quoique l’IFTIC compte 52% des filles pour un effectif de 402 étudiants dont 68 Tchadiens, seulement 13 filles ont été classées premières sur les 33 sections que compte l’Institut aux examens du 1er semestre 2011/2012. A la date du 19 Juin 2012, date de la rédaction de ces écrits, les résultats définitifs du second semestre  ne sont pas encore disponibles. Il est donc difficile, même pour la Direction des études d’en connaitre le contenu.

7.      Quoique l’IFTIC ait mis en place depuis Janvier 2011 un mécanisme de suivi- évaluation du parcours académique, du comportement  des professeurs, des administrateurs, des élèves, des étudiants, du personnel d’appui  et d’encadrement ; en dépit des possibilités offertes à chacun de ces partenaires de s’exprimer  en toute liberté, voire de communiquer à l’administration, à la direction des études, aux collaborateurs, aux personnes de confiance, à la date du 19 Juin 2012,  l’administration de l’IFTIC n’a enregistré  aucune plainte dans ce cens. En effet, ni l’administration de l’IFTIC, ni le syndicat, ni le corps professoral, ni la direction des études et suivi évaluations, ni le représentant des professeurs, ni la direction de la formation, ni la direction des ressources humaines et de l’administration scolaire, ni la surveillante permanente de l’Institut n’a été saisi d’une quelconque  plainte, fut-elle orale ou écrite, fut-elle formelle ou informelle faisant cas d’une quelconque  menace ou d’une quelconque transaction relative à des notes contre quelques libéralités. Néanmoins, l’administration de l’Institut, suite à des investigations menées a noté que 4 étudiantes Tchadiennes entretiennent des rapports suivis et avérés avec 4 Professeurs vacataires de l’Institut et d’autres établissements d’enseignement professionnels à Niamey. Il faut noter que ces rapports ont été entretenus depuis Février 2012 en dehors de l’Institut de Formation aux Techniques de l’Information et de la Communication. Nonobstant le caractère malsain de ces relations, nous pensons être en face d’un public adulte. Un public responsable de ses faits. Autrement, l’IFTIC ne saurait être tenu pour responsable des actes posés par des adultes en dehors de l’établissement et dont il n’a jamais été saisi.

8.      S’agissant de la supposée réfection de l’IFTIC sur fonds tchadiens, il faut noter qu’entre Avril 2011 et Mai 2012, une seule et unique réfection a eu lieu à l’IFTIC. Elle a concerné la reprise du plancher de 3 salles de cours pour un montant  d’un (1) million de Francs CFA, un appui financier de l’Observation National de la Communication (ONC) à l’IFTIC,  donc sur fonds public du Trésor National du Niger.

9.      Nous restons convaincus que ce genre d’article truffé de mensonges, de contre vérités grossières, de contradictions manifestes n’affectera en rien  la qualité de nos rapports de coopération avec nos partenaires de toujours dont la République Sœur du Tchad. Il reste entendu que rien, ni personne ; à plus forte raison les détracteurs internes et externes connus ; ne feront reculer les responsables actuels de l’IFTIC dans leur engagement de rénover. Ces responsables ont, en peu de temps, su convaincre tant l’opinion nationale qu’internationale sur leurs nobles ambitions de faire de cet institut une véritable référence continentale, comme en atteste la présence remarquée de ces étudiants issus de treize nationalités différentes, si fiers et si satisfaits de la qualité et de la pertinence de la  formation dispensée par le corps professoral de l’IFTIC.

 

 

                                Un train peut en cacher un autre.

 Le supposé auteur de l’article se cache derrière une montagne constituée de détracteurs. Ces détracteurs font pieds et mains pour faire couler le BATEAU IFTIC. A coté de cela, l’auteur peut aussi être un frustré  en son âme parce que l’IFTIC, au vu de son régime des études, lui a refusé de s’inscrire  directement  en deuxième année  sous prétexte qu’il dispose d’un BTS (non mis dans son dossier), alors que pour accéder directement en deuxième année, il faut être détenteur d’une licence aux termes de nos textes. Sinon en quoi des relations privées tissées entre adultes en dehors de l’IFTIC  et qui n’ont été signalées à l’administration de l’IFTIC, conformément à ses vœux exprimés au cours des rencontres organisées à l’occasion de chaque rentrée, pourrait-elles  intéresser l’Institut?

En effet la vérité saute à l’œil : le rédacteur de cet article a lui-même été innocemment utilisé par des personnes  tapies dans l’ombre, mécontentes du comportement de l’équipe dirigeante actuelle, qui a dès son arrivée, mis fin à certaines pratiques mafieuses qui leur permettaient de générer de fonds sur le dos de l’IFTIC. En effet, tout serait parti du refus du Directeur Général de signer une lettre adressée à un partenaire financier par une certaine Association  logée au sein de l’Institut depuis 2002, qui a été habituée par les administrations précédentes de se faire remorquer par elle sur leur propre terrain. Et de servir comme caution pour l’obtention des financements qui ne profitent en rien à l’IFTIC car gérés par d’autres pôles. Ce refus souverain et responsable qui a plutôt sauvegardé les intérêts de l’IFTIC a été mal digéré. Il  a attiré le courroux de l’ensemble des détracteurs qui ont perçu et traduit cet acte souverain comme une perte de contrôle sur un terrain conquis depuis plus de Dix ans et une perte d’acquis d’avantages financiers relativement importants.

Dans tous les cas, l’IFTIC détient des preuves irréfutables de ce qui précède et des éléments qui fondent la cavale perpétrée contre l’Institution. (Cf. : mails adressés au DG de l’IFTIC depuis Avril 2011; menaces au téléphone adressées au DG de l’IFTIC depuis Avril 2011 ; les missions effectuées en France, à Dakar, au Gabon (qui envoie beaucoup d’étudiants à l’IFTIC), mail d’alerte  adressé à l’UNESCO qui a bien voulu accepter de  financer pour 15 000 Dollars la formation des formateurs de l’IFTIC afin qu’elle renonce à ce financement ;  tentative de diabolisation de l’IFTIC à travers des ateliers dont le dernier en date, remonte à Juin, à la maison de la presse.

Nous disons tout simplement au rédacteur de cet article qu’il doit savoir que le journaliste digne de ce nom doit cultiver la vérité, l’honnêteté, l’objectivité, le verbe efficace, la parole féconde et que derrière chaque information se cachent la vie d’une famille, l’honorabilité d’un homme, d’une femme et d’un pays.

 

 

 

              Bonne lecture

 

 

 

La Direction Générale de l’IFTC