Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

 

gadaye2-1-.jpg

 

Dr Ali Gadaye, ancien ministre.Aujourd'hui,  opposant en exil au régime Deby.Chroniqueur politique sur le Tchad.

 

Il n’est jamais trop tard pour se rendre à l’évidence

 

 

Nous l’avons déjà souligné à son temps que l’opposition politique tchadienne avait péché par optimisme.

 

En effet, croire à un modèle de justice de Deby, ça équivaut à concevoir qu’une cohabitation entre une hyène et des brebis dans un même enclos serait possible.

 

Deby ne pourra jamais garantir de façon loyale et sincère l’application de l’accord du 13 août 2007. Car cela suppose qu’il doit :

 

-         relativiser son amour du pouvoir ;

-         rompre son attachement aux privilèges ;

-         braver la pression des siens appuyés par des flatteurs ;

-         et renoncer aux caprices de rancoeurs.

 

Nous pouvons mettre la main sur le feu que remplir ces conditions ne sera pas à la portée de Deby.

En conséquence ces motifs doivent en principe dissuader l’opposition politique de tomber dans l’erreur.

 

Les élections législatives organisées le 13 février 2011 ont servi de test qui aurait dû conduire les leaders politiques qui affichaient encore certaine naïveté, à ouvrir grandement les yeux.

 

Les présidentielles prévues pour le 26 avril 2011 ne sont autre chose que le couronnement de la mascarade initiée le 13 avril 2011. A cet effet, les responsables politiques de l’opposition ne peuvent, dans des conditions qu’on peut aisément qualifier d’étranges, continuer à jouer aux dupes en s’éloignant de leurs électeurs qui ont très tôt découvert la manœuvre et ont adopté une attitude édifiante s’abstenir à participer aux différents scrutins.

 

La décision de trois leaders de l’opposition politique de se retirer de la course aux élections présidentielles est courageuse et mérite d’être saluée.

 

En procédant à ce retrait, les trois leaders ont, en effet, non seulement refusé de cautionner une mascarade mais également ont posé un acte qui s’inscrit dans la droite ligne de la majorité silencieuse qui a su très tôt déceler que Deby n’accorde aucune considération au peuple tchadien.

 

C’est pourquoi il ne cesse de le désabuser. Il est encouragé en cela par la patience et le silence observés depuis 20 ans par les tchadiens.

 

Tout indique maintenant que la coupe est pleine. Rien ne sera comme avant, la limite de la patience est atteinte. Les tchadiens ne vont plus jamais continuer à se taire. Ils vont désormais braver les manœuvres d’intimidation, de la violence et de la terreur du pouvoir. Ils vont se battre pour arracher leur liberté et imposer la justice et l’égalité au Tchad. C’est à ce camp que désormais le choix des leaders politiques a été porté. En décidant de refuser d’être de coauteurs d’une véritable mascarade, ils se sont mis du côté du peuple martyr pour conjuguer leurs efforts en vue de s’affranchir de la tyrannie et ouvrir royalement la voie à un Etat de droit au Tchad.

 

Fait le 26/03/2011

 

Dr. Ali Gaddaye