Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

gadaye2-1-.jpgDr Ali Gadaye, ancien ministre tchadien.Opposant en exil.

Gâchis en perspective

 

 

Le trésor public est requis par Deby pour financer deux gigantesques manifestations qui auront lieu respectivement le 1er décembre 2010 et le 11 janvier 2011.

La première manifestation est partisane. Elle marque le 20e anniversaire de l’arrivée de Deby au pouvoir.

Alors que la seconde concerne tous les tchadiens. Car, elle marque le 50e anniversaire de l’accession du Tchad à la souveraineté internationale.

Rien de plus normal pour un pays de célébrer certaines dates qui marquent de façon spécifique son histoire. Cependant la forme qu’on doit donner à ce type de manifestation, doit en principe dépendre de la conjoncture que vit le pays. En effet, plus de cent cinquante milles (150000) victimes ont été recensée par les organismes humanitaires internationaux suite aux dernières intempéries. Ces personnes ont été privées de tout y compris leur toit. Au lieu de manifester juste une compassion à leur égard accompagnée d’un geste symbolique et laisser le reste à la solidarité de la communauté internationale, il revient plutôt à la communauté nationale et à sa tête le premier dirigeant du pays d’instruire les services compétents afin de tout mettre en ordre pour alléger les souffrances de ces victimes. La solidarité doit être d’abord nationale. Celle de la communauté internationale devrait venir en complément. Elle ne doit en aucune manière venir se substituer à l’effort national qui doit réchauffer les cœurs des siens. Cette logique est d’autant plus conséquente que le pays est aujourd’hui à même de supporter aisément de telles charges sans qu’il n’ait besoin de tendre la main chaque fois qu’il y ait catastrophe à la communauté internationale. Il convient de rappeler que le Tchad produit et exporte du pétrole depuis déjà quelques années. Malheureusement le pays se prépare à fêter, comme on l’a dit plus haut. Ces fêtes vont engendrer des dépenses somptueuses pour donner aux deux événements un éclat exceptionnel localement et internationalement. Autrement, le malheur des couches vulnérables de la société n’émeut pas outre mesure les dirigeants du Tchad. L’organisation de leurs fêtes et ses cortèges de dépenses ne saurait sous aucun prétexte perturber. En effet, le 1er décembre 2010 doit être une occasion pour les tenants du MPS et leurs alliés de procéder à la démonstration de popularité de leur mouvement et surtout celle de son fondateur en dépit d’une vingtaine d’année d’usure de pouvoir enrobé d’une injustice criante dont les manifestations palpables ont pour nom : le clanisme, le népotisme, la gabegie, la corruption, l’intimidation, la terreur, la violence et la mauvaise gouvernance. Il s’agit d’adresser un message fort au peuple tchadien que l’emprise de Deby et son MPS sur le destin des tchadiens demeure intacte malgré toutes les vicissitudes connues par le pays jusque là.

Adresser ce message aux tchadiens pour le régime de Deby est plus important que de s’occuper des victimes des intempéries et autres couches vulnérables ; auxquels on dit tant pis pour vous si vous choisissez cette période pour être victimes. D’ailleurs la conception du volet développement social au Tchad ne va pas au-delà de distribution de quelques aumônes au nom du Président fondateur du MPS aux nécessiteux.

La seconde manifestation ne manque pas du sel pour Deby. Elle lui offrira l’occasion d’inviter un parterre des chefs d’Etat et des personnalités de renommée internationale pour leur présenter un Tchad pacifié, paisible et qui jette les jalons du développement économique et humain durable grâce aux quelques édifices érigés par ci , par là et les quelques kilomètres de route asphaltés.

Malheureusement pour les tenants du régime, le monde est devenu un gros village. Le temps de camoufler les réalités est révolu. Les observateurs avertis savent que le Tchad demeure encore un pays vulnérable sur tous les domaines. La paix et la stabilité d’un pays comme le Tchad sont liées intrinsèquement à l’instauration d’une véritable démocratie qui permet la garantie et la promotion effective des libertés fondamentales et le respect des droits de l’homme énoncés dans la déclaration universelle des droits de l’homme et repris par la charte africaine de droits des peuples.

Dans tous les cas, les tchadiens n’ont pas encore dit leur dernier mot face au mépris et à l’arrogance dont ils sont victimes. Il leur revient à eux et à eux seuls de choisir le moment qu’ils jugent opportun pour une réaction conséquente.

 

Fait le 15/10/2010

 

Dr. Ali Gaddaye