Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

ASSOCIATION DES ETUDIANTS TCHADIENS AU CONGOSiège social: 219, rue Mayombe                                                                         

Plateau des 15 ans

A.E.T.CBP : 13360 - Tél : 05 549.05.35

Brazzaville République du Congo                                                                 

  ------------------------------                                                      Unité * Fraternité * Solidarité

    Bureau Exécutif

        ------------------------------                                                         Brazzaville, le 13 Mai 2012    

Présidence

Enger. N° 324/MAT/DGAT/DDR/SA

Réf./N°0017/AETC/BE/P/2012 

 

Les Etudiants Tchadiens au Congo à son Excellence Monsieur Idriss Déby ITNO, Président de la République du Tchad, Chef de l’Etat.

images

 

                  Objet : Interpellation

 

Excellence Monsieur le Président,

Dans leur ensemble, les étudiants tchadiens au Congo, par la présente, vous adressent leurs compliments les meilleurs à vous et vos principaux collaborateurs et profitent de l’occasion, pour partager avec votre Auguste personnalité, quelques préoccupations majeures sinon vitales pour toute la communauté estudiantine tchadienne du Congo Brazzaville.


 En effet, Monsieur le Président de la république, nous nous faisons le  devoir de vous tenir informer, non pas sans ressentir une certaine gêne, que la présente missive dont notre souhait ardent est qu’il vous parvienne, cette fois-ci, est, en réalité, la énième correspondance après cinq mémorandums et des recommandations. Ces différents écrits qui retraçaient, non pas sans commisération, les épisodes du drame quotidien de  la communauté  estudiantine tchadienne en République sœur du Congo, étaient ni plus ni moins de véritables cris de désespoir dignes de naufragés en haute  mer en quête de secours auprès de leur Gouvernement. Mais hélas! Aucune solution ni début de solution ne nous a été trouvé de  par les destinataires de ces différentes correspondances, notamment les ministres respectifs des Affaires sociales, de l’Enseignement supérieur et surtout de la part de tous les Chefs de Gouvernement, en l’occurrence leurs Excellences Feu Pascal YOADOUMNADJI, ,Moussa FAKI,  Nourradine Kassiré Delwa COUMAKOYE, Youssouf Saleh ABBAS et Emmanuel NADINGAR, présentement à la commande de l’action gouvernementale. 

Plus curieux mieux surprenant, est le fait que, lors de votre séjour à Brazzaville, au sommet de Chefs d’Etats sur le Bassin du Congo en 2005, ainsi que lors d’une visite d’Etat en 2010, à Brazzaville, vous aviez déclaré, publiquement, deux fois de suite, Monsieur le Président, que : « la situation des Etudiants Tchadiens de la Diaspora en général et ceux de Brazzaville en y compris, devrait être rapidement résolue ne serait ce que, par des subventions annuelles, que le Gouvernement assurera ….. ».De ce côté-là aussi, nous avouons que nous sommes au bout de nos souffles, parce que, lassés d’attendre, des années durant, la matérialisation d’une promesse  faite, par le Chef de l’Etat en personne, à ses enfants à l’Etranger.

Monsieur le Président de la république, nous pensons qu’il est inutile de vous narrer les conditions de vie  et d’existence somme toute ignobles dans lesquelles, nous survivons pour étudier ; car nous  savons que vous êtes mieux  informé que quiconque,  d’heure en heure et  minute après minute,  de toutes nos misères innocentes. De même, inutile  également de vous dire que nous sommes conscients de ce que vous êtes fier pour ne pas heureux de la dynamique intellectuelle des anciens étudiants tchadiens formés à  l’étranger, et notamment au Congo,  aujourd’hui à vos côtés au service de notre pays, en qualité de conseillers, de ministres, de Chef de Gouvernement, de  parlementaires ou de cadres supérieurs  tant dans le secteur public que privé. A la vérité, Monsieur le Président, ces frères aînés avaient bénéficié de bourses et de subventions diverses, pour obtenir leurs parchemins. Bref, leurs conditions de vie et d’études étaient relativement plus meilleures sinon mieux humanisées que les nôtres aujourd’hui, chose que vous avez d’ailleurs reconnue, à juste titre.

 

De  ce qui précède et en  dépit de la précarité socioéconomique indigne des futurs cadres qui est la leur, la Communauté  estudiantine tchadienne du Congo a toujours été légaliste et a défendu, chaque fois qu’il y avait nécessité, les valeurs de la République, par de prises de positions dans ce sens. Nos archives le prouvent indéniablement et éloquemment.

Excellence Monsieur le Président de la république, pour votre  gouverne et comme si cela ne suffisait pas, nous vous informons, sans formalisme diplomatique, que nous avons été délibérément « victimisés », discriminés  et marginalisés à souhait mieux à volonté tels des parias sociaux,  par la Commission  d’attribution et en charge de la paie  de la subvention accordée aux étudiants tchadiens de la diaspora, conformément à la Loi N°0046/PR/2010 portant attribution de subventions aux Etudiants Tchadiens de l’Etranger . Cette  Commission a, délibérément, décidé  de  nous enfoncer davantage dans un calvaire infernal. Sinon comment comprendre, que cette équipe composée, entre autres, de AHMED Haroun, Directeur des Bourses au Ministère de l’Enseignement supérieur,  ABDEL HAMID Assidick, Directeur de la Planification au ministère des affaires sociales et d’une membre, en la personne de Madame Haoua ITNO, n’a concédé qu’un passage éclair à Brazzaville, après son séjour à Libreville où,  elle avait procédé  au versement de la subvention à nos compatriotes étudiants. A nous de Brazzaville, les membres de cette Commission, rencontrés, à l’aéroport international de Maya Maya, au hasard de circonstance, alors qu’ils s’apprêtaient à embarquer pour Bangui en Centrafrique, ont prétendu au Président de l’Association des Etudiants Tchadiens au Congo, qu’ils n’avaient ni connaissance ni liste attestant l’existence des Etudiants tchadiens au Congo Brazzaville. Plus sidérant, ils ont déclaré, sans sourciller, la main sur le cœur, que,  les ambassades du Tchad ont dressé et communiqué les listes des étudiants inscrits régulièrement dans les pays d’accréditation, exceptées celle du Congo Brazzaville et quelques autres chancelleries qui auraient manqué de communiquer les listes des étudiants de leur ressort territorial à la Commission d’attribution et de la paie de subvention. Conséquence : nous avons été purement et simplement oubliés du fait qu’il n’y a pas des étudiants tchadiens à Brazzaville. Des propos dolosifs  dignes d’une véritable lapalissade. Et pourtant, pendant le tournoi de la CEMAC organisé, à Brazzaville,  du  03 au 10  Octobre 2010, une équipe de la Télévision Tchadienne envoyée à Brazzaville pour couvrir l’événement, a réalisé une série d’échanges télévisés avec l’ensemble des étudiants tchadiens sur leurs conditions de vie et d’études au Congo. Cette entrevue a été diffusée, sur la chaine nationale à travers notamment l’émission « DABALAYE », suivie tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Nous nous sommes également étonnés de ce que la liste des étudiants tchadiens réguliers, établie et déposée à l’ambassade du Tchad, après un recensement général de ceux-ci, n’ait pas été communiquée à ladite Commission  Simple omission ou volonté manifeste de nuire ? Nous préférons laisser à votre Excellence le soin d’apprécier cette situation tragique aux allures de complot ou de refus délibéré d’assistance à personne en danger. Voila ce qui dément de manière sanglante, Monsieur le Président de la république,  l’inexistence des étudiants tchadiens au Congo.

Monsieur le Président, au regard de ce tableau sombre de notre triste, indescriptible  et incroyable vécu quotidien, nous  vous prenons a témoin et  vous interpellons, directement, sans formalisme diplomatique  désuet, aux fins de trouver un modus vivendi qui satisfasse nos préoccupations dont la teneur  pathétique suit :

Vu la Constitution  de la république du Tchad du 31 Mars 1996, révisée par  référendum, en date du 06 Juin 2006 ;

Considérant les dispositions de la loi n 0046/PR/2009 portantes attributions de subventions aux étudiants tchadiens à l’étranger ;

Considérant  que le Congo, notre pays d’accueil fait partie des quatre pays africains dont la cherté demeure la plus élevée sur le continent ;

Considérant  de multiples  mémorandums adressés au gouvernement tchadien entre 2005 et 2010  restés jusque-là sans une moindre réponse ;

Considérant l’absence de couverture sanitaire  et les conditions d’études extrêmement difficiles des étudiants tchadiens au Congo ;

Considérant les actes et comportements discriminatoires érigés en mode de gestion,  par la commission d’attribution et de paie de la subvention susvisée ;

Considérant que la communauté estudiantine tchadienne a été elle aussi, comme la quasi-totalité des brazzavillois, traumatisée, choquée et donc sinistrée suite à l’explosion de l’arsenal militaire de Mpila, le 0 4 Mars 2012 ; et que, contrairement aux déclarations et gesticulations tapageuses des officiels tchadiens en poste à Brazzaville, nous avons déploré des cas de sinistres non seulement au sein de la communauté tchadienne de Brazzaville où une trentaine de compatriotes est sans abri et abandonnées à son triste sort, mais aussi au sein du corpus estudiantin, et défions quiconque de prouver le contraire de cette affirmation ;

Considérant l’attitude de mépris et  la marginalisation des étudiants tchadiens au Congo, par les autorités leur propre ambassade ;

Réunis en Assemblée de crise, ce dimanche 13 mai 2012, après examen minutieux, responsable et en toute objectivité, exigeons que vous vous penchiez personnellement sur cette épineuse question  afin que leur  droit, c’est-à-dire leur part de la subvention leur soit versée.

Aussi ; Excellence Monsieur le Président, ne sachant où nous pour faire entendre notre VOIX lassée  force de cri, nous envisageons  d’investir les locaux de l’Ambassade de notre pays, pour partager  notre amertume avec le personnel et le corps diplomatique en poste. Si, dans un bref délai, notre préoccupation n’est pas satisfaite, c’est  à dire, vos instructions que  nous savons toujours promptes et patriotiques, ne sont pas exécutées, par les membres de la nouvelle commission.

« Que tes voisins admirent tes enfants … » dit notre hymne Nationale La Tchadienne. Peut être  négativement, cette fois ci.

 

N.B : Ci joins la liste générale des étudiants réguliers au Congo.

 

Ampliations                                                            

1..  Ambassade du Tchad au Congo ;                                                                                     

 2.. Primature du Tchad ;

 3.. Ministère de l’action sociale ;

 4.. Ministère de l’enseignement supérieur ;

 5.. Assemblée nationale ;

 6.. Organisation Internationale des Etudiants Tchadiens (O.I.E.T) ;

 7.. Ministère de l’intérieur de la république du Congo ;

 8.. Medias.

 

                                                                                 Pour les Etudiants Tchadiens au Congo.                                             

                                                                                                     Le Président

                                                                                                             

     LAZINGAR BEKAMBA

 

Liste des étudiants tchadiens: ICI