Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Flash Info:vers des grèves multi-sectorielles au Tchad,Idriss DEBY n'aura pas de répît //

Géo-localisation

Publié par Mak

Djimet Ibet: ascension et déchéance d'un délinquant primaire du MPS!

Djimet Ibet, maire élu de la mégapole ndjamenoise, c'est une utopie seulement possible qu'au Tchad de Deby où les filles et fils de..... ont la promotion facile.


Djimet Ibet est un garçon de course de la famille Brahim Doudou détentrice de la société SPP. C'est un ouvrier payé à l'heure et pompiste au station service de SPP. Le soir il prend des cours à la chambre de commerce et c'est un étudiant réputé buissonnier. Un vrai "djido" ndjamenois habitué de la cour que de la classe.


Le bruyant Djimet, obséquieux sans pair, flemarde aux abords du siège du MPS et finit par côtoyer les autres barons et non moins délinquants du MPS.


On le voit chef de file du MPS-hadjar-Lamis et autre région de Dababa avec une certaine dame aux dents de gerboise, Haoua Outman Djameh. Le coco Ibet s'affiche partout et hurle plus haut les amplificateurs qui pompent la musique.


Le délinquant astucieux, raté scolaire au faux BTS, gravit des échelons au sein de la jungle MPS en courtisant les barons et en jouant de son obséquiosité. Par moment, cotché par une certaine gamané sa chaude lapine, Ibet se retrouve aux grands noms régionaux du MPS.


Corrupteur invétéré, doungourou imparable, le félon Djimet se fait élire conseiller puis maire aux dernières législatives, secondé d'une guenon illettrée du nom de Itir Deby. L'attelage du cancre véreux et de l'idiote sœur utérine du PR se met en branle dans un N'Djamena inondé: les deux totos pompent l'argent des contribuables la nuit et le jour ils montrent leurs trognes de simiens aux spectateurs crédules de l'ONRTV dans un simulacre de labeur et de condescendance pour le peuple tant sucé par nos deux sangsues.


Nos deux ogres auront un appétit pantagruélique digne de leurs especes: des V8 de 45 millions, plusieurs immeubles, de nombreux lots de terrains en milieux résidentiels, de centaine de millions dans leurs comptes... En quatre mois Ibet et sa carapace Itir se remplissent les poches. Et on connait la suite: le gargantuesque Ibet dégringole de son piédestal aussi vite que son destin atypique le prédestine.
La sinistre prison de Moussoro ouvre sa gueule pour le happer.


Ibet, bon séjour à "l'hôtel des voleurs" de Moussoro et n'oublie pas de saluer Ahmadaye Alhassan et autres voleurs sans scrupules de notre république bananière.

Dembeleh Joel de la Tchiré